Laurent

Quand le McDo d'Amos recrute au Maroc

39 messages dans ce sujet

Quand le McDo d'Amos recrute au Maroc

18 novembre 2012

Le reportage de Claude Bouchard

Les restaurants McDonald's d'Amos et de Val-d'Or, en Abitibi-Témiscamingue, ont embauché 21 Marocains pour combler leurs besoins criants en personnel.

La région vit pratiquement le plein emploi et les travailleurs profitent d'emplois bien rémunérés dans l'industrie minière. Dans ce contexte, les commerçants ont de la difficulté à trouver de la main-d'oeuvre bon marché. Ayant épuisé tous les moyens pour recruter des employés dans sa région, la propriétaire des restaurants McDonald's d'Amos et de Val-d'Or s'est donc tournée vers le Maroc.

Isabelle Leblanc, la propriétaire des deux restaurants, estime que les démarches administratives lui ont coûté près de 3000 $ pour chacun de ses 21 employés marocains. Mais elle soutient qu'elle n'avait plus le choix.

« Il faut que tu prouves au gouvernement que tu as tout essayé, dit-elle. Tous les sites Internet, les journaux, les panneaux dehors, les panneaux à l'intérieur, on a fait aussi des encarts qu'on a mis dans des sacs, référer un ami par nos employés ».

Omar El Harda, 34 ans, a accepté de quitter Marrakech pour venir travailler au McDonald's d'Amos. Mais la décision a été déchirante pour ce père de famille. « Je vais les quitter deux ans. On a pris notre temps pour réfléchir », dit Omar, qui a finalement décidé de traverser l'Atlantique pour assurer un avenir à sa petite fille de deux ans.

« J'envoie tous les mois un petit peu à ma famille. Pour acheter des vêtements à la petite, des jouets, faire sortir la petite [...] Vraiment, j'aimerais bien le faire avec elle. Mais c'est ça la vie, je suis loin d'elle, mais.... c'est pour son bien. »

Omar dit maintenant souhaiter entreprendre des démarches pour faire venir sa famille au Canada.

De son côté, le maire d'Amos croit que sa communauté saura intégrer ces nouveaux résidents. « La ville d'Amos a toujours été accueillante et hospitalière. Je peux en témoigner, parce que moi ça fait 39 ans depuis que j'ai été accueilli par les gens d'Amos », indique Ulrick Chérubin, originaire d'Haïti.

Les McDonald's d'Abitibi ne sont pas les seuls à avoir recruté des travailleurs étrangers pour pallier à une pénurie de main-d'oeuvre. Le McDonald's de Sept-Îles a fait la même chose avec des travailleurs philippins. Il a toutefois fallu leur offrir des cours de français.

D'après un reportage de Claude Bouchard

reportage télé et source : http://www.radio-can...mos-maroc.shtml

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand le McDo d'Amos recrute au Maroc

18 novembre 2012

Le reportage de Claude Bouchard

Les restaurants McDonald's d'Amos et de Val-d'Or, en Abitibi-Témiscamingue, ont embauché 21 Marocains pour combler leurs besoins criants en personnel.

La région vit pratiquement le plein emploi et les travailleurs profitent d'emplois bien rémunérés dans l'industrie minière. Dans ce contexte, les commerçants ont de la difficulté à trouver de la main-d'oeuvre bon marché. Ayant épuisé tous les moyens pour recruter des employés dans sa région, la propriétaire des restaurants McDonald's d'Amos et de Val-d'Or s'est donc tournée vers le Maroc.

Isabelle Leblanc, la propriétaire des deux restaurants, estime que les démarches administratives lui ont coûté près de 3000 $ pour chacun de ses 21 employés marocains. Mais elle soutient qu'elle n'avait plus le choix.

« Il faut que tu prouves au gouvernement que tu as tout essayé, dit-elle. Tous les sites Internet, les journaux, les panneaux dehors, les panneaux à l'intérieur, on a fait aussi des encarts qu'on a mis dans des sacs, référer un ami par nos employés ».

Omar El Harda, 34 ans, a accepté de quitter Marrakech pour venir travailler au McDonald's d'Amos. Mais la décision a été déchirante pour ce père de famille. « Je vais les quitter deux ans. On a pris notre temps pour réfléchir », dit Omar, qui a finalement décidé de traverser l'Atlantique pour assurer un avenir à sa petite fille de deux ans.

« J'envoie tous les mois un petit peu à ma famille. Pour acheter des vêtements à la petite, des jouets, faire sortir la petite [...] Vraiment, j'aimerais bien le faire avec elle. Mais c'est ça la vie, je suis loin d'elle, mais.... c'est pour son bien. »

Omar dit maintenant souhaiter entreprendre des démarches pour faire venir sa famille au Canada.

De son côté, le maire d'Amos croit que sa communauté saura intégrer ces nouveaux résidents. « La ville d'Amos a toujours été accueillante et hospitalière. Je peux en témoigner, parce que moi ça fait 39 ans depuis que j'ai été accueilli par les gens d'Amos », indique Ulrick Chérubin, originaire d'Haïti.

Les McDonald's d'Abitibi ne sont pas les seuls à avoir recruté des travailleurs étrangers pour pallier à une pénurie de main-d'oeuvre. Le McDonald's de Sept-Îles a fait la même chose avec des travailleurs philippins. Il a toutefois fallu leur offrir des cours de français.

D'après un reportage de Claude Bouchard

reportage télé et source : http://www.radio-can...mos-maroc.shtml

Pourtant il y a des marocains a Montréal qui sont au chomage et sur l'aide sociale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand le McDo d'Amos recrute au Maroc

18 novembre 2012

Le reportage de Claude Bouchard

Les restaurants McDonald's d'Amos et de Val-d'Or, en Abitibi-Témiscamingue, ont embauché 21 Marocains pour combler leurs besoins criants en personnel.

La région vit pratiquement le plein emploi et les travailleurs profitent d'emplois bien rémunérés dans l'industrie minière. Dans ce contexte, les commerçants ont de la difficulté à trouver de la main-d'oeuvre bon marché. Ayant épuisé tous les moyens pour recruter des employés dans sa région, la propriétaire des restaurants McDonald's d'Amos et de Val-d'Or s'est donc tournée vers le Maroc.

Isabelle Leblanc, la propriétaire des deux restaurants, estime que les démarches administratives lui ont coûté près de 3000 $ pour chacun de ses 21 employés marocains. Mais elle soutient qu'elle n'avait plus le choix.

« Il faut que tu prouves au gouvernement que tu as tout essayé, dit-elle. Tous les sites Internet, les journaux, les panneaux dehors, les panneaux à l'intérieur, on a fait aussi des encarts qu'on a mis dans des sacs, référer un ami par nos employés ».

Omar El Harda, 34 ans, a accepté de quitter Marrakech pour venir travailler au McDonald's d'Amos. Mais la décision a été déchirante pour ce père de famille. « Je vais les quitter deux ans. On a pris notre temps pour réfléchir », dit Omar, qui a finalement décidé de traverser l'Atlantique pour assurer un avenir à sa petite fille de deux ans.

« J'envoie tous les mois un petit peu à ma famille. Pour acheter des vêtements à la petite, des jouets, faire sortir la petite [...] Vraiment, j'aimerais bien le faire avec elle. Mais c'est ça la vie, je suis loin d'elle, mais.... c'est pour son bien. »

Omar dit maintenant souhaiter entreprendre des démarches pour faire venir sa famille au Canada.

De son côté, le maire d'Amos croit que sa communauté saura intégrer ces nouveaux résidents. « La ville d'Amos a toujours été accueillante et hospitalière. Je peux en témoigner, parce que moi ça fait 39 ans depuis que j'ai été accueilli par les gens d'Amos », indique Ulrick Chérubin, originaire d'Haïti.

Les McDonald's d'Abitibi ne sont pas les seuls à avoir recruté des travailleurs étrangers pour pallier à une pénurie de main-d'oeuvre. Le McDonald's de Sept-Îles a fait la même chose avec des travailleurs philippins. Il a toutefois fallu leur offrir des cours de français.

D'après un reportage de Claude Bouchard

reportage télé et source : http://www.radio-can...mos-maroc.shtml

Pourtant il y a des marocains a Montréal qui sont au chomage et sur l'aide sociale.

en partant de ce principe il y a partout au Québec des québécois qui sont au chômage et sur l'aide sociale...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

    Quand le McDo d'Amos recrute au Maroc

18 novembre 2012

Le reportage de Claude Bouchard

Les restaurants McDonald's d'Amos et de Val-d'Or, en Abitibi-Témiscamingue, ont embauché 21 Marocains pour combler leurs besoins criants en personnel.

La région vit pratiquement le plein emploi et les travailleurs profitent d'emplois bien rémunérés dans l'industrie minière. Dans ce contexte, les commerçants ont de la difficulté à trouver de la main-d'oeuvre bon marché. Ayant épuisé tous les moyens pour recruter des employés dans sa région, la propriétaire des restaurants McDonald's d'Amos et de Val-d'Or s'est donc tournée vers le Maroc.

Isabelle Leblanc, la propriétaire des deux restaurants, estime que les démarches administratives lui ont coûté près de 3000 $ pour chacun de ses 21 employés marocains. Mais elle soutient qu'elle n'avait plus le choix.

« Il faut que tu prouves au gouvernement que tu as tout essayé, dit-elle. Tous les sites Internet, les journaux, les panneaux dehors, les panneaux à l'intérieur, on a fait aussi des encarts qu'on a mis dans des sacs, référer un ami par nos employés ».

Omar El Harda, 34 ans, a accepté de quitter Marrakech pour venir travailler au McDonald's d'Amos. Mais la décision a été déchirante pour ce père de famille. « Je vais les quitter deux ans. On a pris notre temps pour réfléchir », dit Omar, qui a finalement décidé de traverser l'Atlantique pour assurer un avenir à sa petite fille de deux ans.

« J'envoie tous les mois un petit peu à ma famille. Pour acheter des vêtements à la petite, des jouets, faire sortir la petite [...] Vraiment, j'aimerais bien le faire avec elle. Mais c'est ça la vie, je suis loin d'elle, mais.... c'est pour son bien. »

Omar dit maintenant souhaiter entreprendre des démarches pour faire venir sa famille au Canada.

De son côté, le maire d'Amos croit que sa communauté saura intégrer ces nouveaux résidents. « La ville d'Amos a toujours été accueillante et hospitalière. Je peux en témoigner, parce que moi ça fait 39 ans depuis que j'ai été accueilli par les gens d'Amos », indique Ulrick Chérubin, originaire d'Haïti.

Les McDonald's d'Abitibi ne sont pas les seuls à avoir recruté des travailleurs étrangers pour pallier à une pénurie de main-d'oeuvre. Le McDonald's de Sept-Îles a fait la même chose avec des travailleurs philippins. Il a toutefois fallu leur offrir des cours de français.

D'après un reportage de Claude Bouchard

Faut vraiment que ces Marocains soient désespérés pour quitter leur pays pour travailler à de très bas salaires ( salaire minimum ) au Québec dans un McDo...

Modifié par mckenzie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je n’arrête pas de chercher cet article depuis cet après midi ,j,ai cru ne pas bien entendre au journal ,mais je pense qu'il y,a pas mal de chômeurs partout au Quebec et un petit tour dans les régions aurait suffit a combler le vide

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.