Sign in to follow this  
Followers 0
Laurent

Le top 10 des métiers les plus payants sans formation universitaire

15 posts in this topic

Le top 10 des métiers les plus payants

Source : Le Journal de Montréal - En 2007, c’est le métier de grutier qui se classe au premier rang des professions les plus payantes ne requérant pas de diplôme universitaire, avec en plus un taux de placement de 100 %.

Nécessitant une formation professionnelle de seulement six mois (DEP) ne coûtant que 143 $, ce métier constitue une véritable aubaine, pour autant qu’on aime manipuler de gros engins et… qu’on ne souffre pas du vertige. Mieux encore, le salaire de départ est en moyenne de 1136 $ par semaine. Ce sont ces caractéristiques, entre autres, qui placent le travail de grutier au premier rang des 10 formations professionnelles et techniques «gagnantes» en 2008, d’après Jobboom.

Le site spécialisé dans le monde du travail a établi ce constat à partir de la recherche réalisée pour son guide Les carrières d’avenir, qui sera publié sous peu.

«Nous retenons les formations selon les critères statistiques suivants : taux d’emploi de 80 % ou plus ; taux d’emploi relié aux études de 80 % ou plus et taux de chômage de 10 % ou moins », explique Christine Lanthier, directrice, recherche et rédaction, à Jobboom, qui ajoute avoir retenu les formations menant à des métiers rapportant plus de 700 $ par semaine.

«Puis, nous appelons dans des établissements d’enseignement qui offrent les programmes sélectionnés pour savoir si effectivement le placement est bon sur le terrain», précise-t-elle.

0 % de chômage

Il se dégage de ces recherches 7 métiers affichant le plein-emploi pour les futurs diplômés.

Outre les grutiers, on y retrouve, dans l’ordre, les chaudronniers – spécialistes de l’installation et de la réparation de réservoirs sous pression et des chaudières (994 $/semaine) –, les mécaniciens d’ascenseurs (815 $/semaine), les pilotes d’hélicoptères (779 $/semaine), les audioprothésistes (722 $/semaine), les mécaniciens spécialistes en protection contre les incendies (706 $/semaine) et les inhalothérapeutes (706 $/semaine).

Viennent ensuite les métiers n’offrant pas un emploi automatique à la sortie des écoles, mais qui sont tout de même séduisants en matière de salaire et de placement.

Les formations d’électricien et de plombier ne sont pas du palmarès, car elles ne débouchent pas sur des emplois dont le salaire est de 700 $ ou plus en début de carrière.

«L’intérêt de ces cheminements réside aussi dans le fait que dès qu’on obtient un de ces diplômes, on est généralement prêt à exercer un métier précis, contrairement à d’autres formations plus générales», analyse Mme Lanthier.

[ 21-01-2008 ]

source : http://carriere.jobboom.com/carrieres-aven...21/4784915.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le top 10 des métiers les plus payants

Source : Le Journal de Montréal - En 2007, cest le métier de grutier qui se classe au premier rang des professions les plus payantes ne requérant pas de diplôme universitaire, avec en plus un taux de placement de 100 %.

Nécessitant une formation professionnelle de seulement six mois (DEP) ne coûtant que 143 $, ce métier constitue une véritable aubaine, pour autant quon aime manipuler de gros engins et quon ne souffre pas du vertige. Mieux encore, le salaire de départ est en moyenne de 1136 $ par semaine. Ce sont ces caractéristiques, entre autres, qui placent le travail de grutier au premier rang des 10 formations professionnelles et techniques «gagnantes» en 2008, daprès Jobboom.

Le site spécialisé dans le monde du travail a établi ce constat à partir de la recherche réalisée pour son guide Les carrières davenir, qui sera publié sous peu.

«Nous retenons les formations selon les critères statistiques suivants : taux demploi de 80 % ou plus ; taux demploi relié aux études de 80 % ou plus et taux de chômage de 10 % ou moins », explique Christine Lanthier, directrice, recherche et rédaction, à Jobboom, qui ajoute avoir retenu les formations menant à des métiers rapportant plus de 700 $ par semaine.

«Puis, nous appelons dans des établissements denseignement qui offrent les programmes sélectionnés pour savoir si effectivement le placement est bon sur le terrain», précise-t-elle.

0 % de chômage

Il se dégage de ces recherches 7 métiers affichant le plein-emploi pour les futurs diplômés.

Outre les grutiers, on y retrouve, dans lordre, les chaudronniers spécialistes de linstallation et de la réparation de réservoirs sous pression et des chaudières (994 $/semaine) , les mécaniciens dascenseurs (815 $/semaine), les pilotes dhélicoptères (779 $/semaine), les audioprothésistes (722 $/semaine), les mécaniciens spécialistes en protection contre les incendies (706 $/semaine) et les inhalothérapeutes (706 $/semaine).

Viennent ensuite les métiers noffrant pas un emploi automatique à la sortie des écoles, mais qui sont tout de même séduisants en matière de salaire et de placement.

Les formations délectricien et de plombier ne sont pas du palmarès, car elles ne débouchent pas sur des emplois dont le salaire est de 700 $ ou plus en début de carrière.

«Lintérêt de ces cheminements réside aussi dans le fait que dès quon obtient un de ces diplômes, on est généralement prêt à exercer un métier précis, contrairement à dautres formations plus générales», analyse Mme Lanthier.

[ 21-01-2008 ]

source : http://carriere.jobboom.com/carrieres-aven...21/4784915.html

Merci pour les informations que vous nous donnez , on en a besoin pour notre future vie au Québec .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le top 10 des métiers les plus payants

Source : Le Journal de Montréal - En 2007, cest le métier de grutier qui se classe au premier rang des professions les plus payantes ne requérant pas de diplôme universitaire, avec en plus un taux de placement de 100 %.

Nécessitant une formation professionnelle de seulement six mois (DEP) ne coûtant que 143 $, ce métier constitue une véritable aubaine, pour autant quon aime manipuler de gros engins et quon ne souffre pas du vertige. Mieux encore, le salaire de départ est en moyenne de 1136 $ par semaine. Ce sont ces caractéristiques, entre autres, qui placent le travail de grutier au premier rang des 10 formations professionnelles et techniques «gagnantes» en 2008, daprès Jobboom.

Le site spécialisé dans le monde du travail a établi ce constat à partir de la recherche réalisée pour son guide Les carrières davenir, qui sera publié sous peu.

«Nous retenons les formations selon les critères statistiques suivants : taux demploi de 80 % ou plus ; taux demploi relié aux études de 80 % ou plus et taux de chômage de 10 % ou moins », explique Christine Lanthier, directrice, recherche et rédaction, à Jobboom, qui ajoute avoir retenu les formations menant à des métiers rapportant plus de 700 $ par semaine.

«Puis, nous appelons dans des établissements denseignement qui offrent les programmes sélectionnés pour savoir si effectivement le placement est bon sur le terrain», précise-t-elle.

0 % de chômage

Il se dégage de ces recherches 7 métiers affichant le plein-emploi pour les futurs diplômés.

Outre les grutiers, on y retrouve, dans lordre, les chaudronniers spécialistes de linstallation et de la réparation de réservoirs sous pression et des chaudières (994 $/semaine) , les mécaniciens dascenseurs (815 $/semaine), les pilotes dhélicoptères (779 $/semaine), les audioprothésistes (722 $/semaine), les mécaniciens spécialistes en protection contre les incendies (706 $/semaine) et les inhalothérapeutes (706 $/semaine).

Viennent ensuite les métiers noffrant pas un emploi automatique à la sortie des écoles, mais qui sont tout de même séduisants en matière de salaire et de placement.

Les formations délectricien et de plombier ne sont pas du palmarès, car elles ne débouchent pas sur des emplois dont le salaire est de 700 $ ou plus en début de carrière.

«Lintérêt de ces cheminements réside aussi dans le fait que dès quon obtient un de ces diplômes, on est généralement prêt à exercer un métier précis, contrairement à dautres formations plus générales», analyse Mme Lanthier.

[ 21-01-2008 ]

source : http://carriere.jobboom.com/carrieres-aven...21/4784915.html

merci et c tres interressant

Share this post


Link to post
Share on other sites

un seul mot c fou......c plus payany q'un diplome d'ingenieur un conseil reflechissez bien ce qui n'ont pas fait d'etudes encore le monde change le diplome veut plus rien dire surtout ici au canada....

Share this post


Link to post
Share on other sites
un seul mot c fou......c plus payany q'un diplome d'ingenieur un conseil reflechissez bien ce qui n'ont pas fait d'etudes encore le monde change le diplome veut plus rien dire surtout ici au canada....

et tout ne sert pas d'avoir un diplome , il faut savoir s'en servir ensuite !!!

#Et encore ici il y a qu'en même une échelle de valeur , en france , c'est le mois de mai décisif pour les augmentation , le bal des girouettes !

Edited by mission.qc

Share this post


Link to post
Share on other sites
un seul mot c fou......c plus payany q'un diplome d'ingenieur un conseil reflechissez bien ce qui n'ont pas fait d'etudes encore le monde change le diplome veut plus rien dire surtout ici au canada....

Attention ne mélange pas tout: un ingénieur canadien gagne plus qu'un grutier, c'est juste que pour un immigrant ingénieur il est très difficile de se faire reconnaitre à cause des ordres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

un grutier a tour peut il exercer au canada avec un permis de travail temporaire?

Share this post


Link to post
Share on other sites

un grutier a tour peut il exercer au canada avec un permis de travail temporaire?

Inutile de déterrer un fil qui a presque 2 ans. Tu en as déjà ouvert un et Pigkiller, qui est le mieux qualifié sur le forum pour te répondre, y partcipe...

kiki75 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

slt à tous

trés bien ce post , je suis chaudronnier et je vois que je suis dans la liste waouh ça fait plaisir

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis ex-chaudronnier mais je sens que je vais m'y remettre :lol:

Edited by tohonu

Share this post


Link to post
Share on other sites

je pense aussi on se verra peut être là bas! :B)

Share this post


Link to post
Share on other sites

CITATIONLe top 10 des métiers les plus payants

Source : Le Journal de Montréal - En 2007, cest le métier de grutier qui se classe au premier rang des professions les plus payantes ne requérant pas de diplôme universitaire, avec en plus un taux de placement de 100 %.

Nécessitant une formation professionnelle de seulement six mois (DEP) ne coûtant que 143 $, ce métier constitue une véritable aubaine, pour autant quon aime manipuler de gros engins et quon ne souffre pas du vertige. Mieux encore, le salaire de départ est en moyenne de 1136 $ par semaine. Ce sont ces caractéristiques, entre autres, qui placent le travail de grutier au premier rang des 10 formations professionnelles et techniques «gagnantes» en 2008, daprès Jobboom.

Le site spécialisé dans le monde du travail a établi ce constat à partir de la recherche réalisée pour son guide Les carrières davenir, qui sera publié sous peu.

«Nous retenons les formations selon les critères statistiques suivants : taux demploi de 80 % ou plus ; taux demploi relié aux études de 80 % ou plus et taux de chômage de 10 % ou moins », explique Christine Lanthier, directrice, recherche et rédaction, à Jobboom, qui ajoute avoir retenu les formations menant à des métiers rapportant plus de 700 $ par semaine.

«Puis, nous appelons dans des établissements denseignement qui offrent les programmes sélectionnés pour savoir si effectivement le placement est bon sur le terrain», précise-t-elle.

0 % de chômage

Il se dégage de ces recherches 7 métiers affichant le plein-emploi pour les futurs diplômés.

Outre les grutiers, on y retrouve, dans lordre, les chaudronniers spécialistes de linstallation et de la réparation de réservoirs sous pression et des chaudières (994 $/semaine) , les mécaniciens dascenseurs (815 $/semaine), les pilotes dhélicoptères (779 $/semaine), les audioprothésistes (722 $/semaine), les mécaniciens spécialistes en protection contre les incendies (706 $/semaine) et les inhalothérapeutes (706 $/semaine).

Viennent ensuite les métiers noffrant pas un emploi automatique à la sortie des écoles, mais qui sont tout de même séduisants en matière de salaire et de placement.

Les formations délectricien et de plombier ne sont pas du palmarès, car elles ne débouchent pas sur des emplois dont le salaire est de 700 $ ou plus en début de carrière.

«Lintérêt de ces cheminements réside aussi dans le fait que dès quon obtient un de ces diplômes, on est généralement prêt à exercer un métier précis, contrairement à dautres formations plus générales», analyse Mme Lanthier.

[ 21-01-2008 ]

source : http://carriere.jobb...21/4784915.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

CITATIONLe top 10 des métiers les plus payants

Source : Le Journal de Montréal - En 2007, cest le métier de grutier qui se classe au premier rang des professions les plus payantes ne requérant pas de diplôme universitaire, avec en plus un taux de placement de 100 %.

Nécessitant une formation professionnelle de seulement six mois (DEP) ne coûtant que 143 $, ce métier constitue une véritable aubaine, pour autant quon aime manipuler de gros engins et quon ne souffre pas du vertige. Mieux encore, le salaire de départ est en moyenne de 1136 $ par semaine. Ce sont ces caractéristiques, entre autres, qui placent le travail de grutier au premier rang des 10 formations professionnelles et techniques «gagnantes» en 2008, daprès Jobboom.

Le site spécialisé dans le monde du travail a établi ce constat à partir de la recherche réalisée pour son guide Les carrières davenir, qui sera publié sous peu.

«Nous retenons les formations selon les critères statistiques suivants : taux demploi de 80 % ou plus ; taux demploi relié aux études de 80 % ou plus et taux de chômage de 10 % ou moins », explique Christine Lanthier, directrice, recherche et rédaction, à Jobboom, qui ajoute avoir retenu les formations menant à des métiers rapportant plus de 700 $ par semaine.

«Puis, nous appelons dans des établissements denseignement qui offrent les programmes sélectionnés pour savoir si effectivement le placement est bon sur le terrain», précise-t-elle.

0 % de chômage

Il se dégage de ces recherches 7 métiers affichant le plein-emploi pour les futurs diplômés.

Outre les grutiers, on y retrouve, dans lordre, les chaudronniers spécialistes de linstallation et de la réparation de réservoirs sous pression et des chaudières (994 $/semaine) , les mécaniciens dascenseurs (815 $/semaine), les pilotes dhélicoptères (779 $/semaine), les audioprothésistes (722 $/semaine), les mécaniciens spécialistes en protection contre les incendies (706 $/semaine) et les inhalothérapeutes (706 $/semaine).

Viennent ensuite les métiers noffrant pas un emploi automatique à la sortie des écoles, mais qui sont tout de même séduisants en matière de salaire et de placement.

Les formations délectricien et de plombier ne sont pas du palmarès, car elles ne débouchent pas sur des emplois dont le salaire est de 700 $ ou plus en début de carrière.

«Lintérêt de ces cheminements réside aussi dans le fait que dès quon obtient un de ces diplômes, on est généralement prêt à exercer un métier précis, contrairement à dautres formations plus générales», analyse Mme Lanthier.

[ 21-01-2008 ]

source : http://carriere.jobb...21/4784915.html

bonjour laurence

j'aimerias avoir ton avis vu ton experience sur une eventuelle inslation au canada montreal pour les job de banque sachant que j'ai unelicnece en sciences commerciales ban+4 , uneexperience de 08 adns le dommaine adminstratif comptable et finace plus 09 comme chargé des etudes ds une banque commerciale actuellment j'occupe un poste de chargé de la clientles avec 02 foramation banciare comme conseiller commerciale en partenareat avec le centre de formation de paris.

merci de me repondre

Share this post


Link to post
Share on other sites

<!--quoteo--><div class='quotetop'>CITATION</div><div class='quotemain'><!--quotec-->Le top 10 des métiers les plus payants

Source : Le Journal de Montréal - <b>En 2007, cest le métier de grutier qui se classe au premier rang des professions les plus payantes ne requérant pas de diplôme universitaire, avec en plus un taux de placement de 100 %.</b>

Nécessitant une formation professionnelle de seulement six mois (DEP) ne coûtant que 143 $, ce métier constitue une véritable aubaine, pour autant quon aime manipuler de gros engins et quon ne souffre pas du vertige. Mieux encore, le salaire de départ est en moyenne de 1136 $ par semaine. Ce sont ces caractéristiques, entre autres, qui placent le travail de grutier au premier rang des 10 formations professionnelles et techniques «gagnantes» en 2008, daprès Jobboom.

Le site spécialisé dans le monde du travail a établi ce constat à partir de la recherche réalisée pour son guide Les carrières davenir, qui sera publié sous peu.

«Nous retenons les formations selon les critères statistiques suivants : taux demploi de 80 % ou plus ; taux demploi relié aux études de 80 % ou plus et taux de chômage de 10 % ou moins », explique Christine Lanthier, directrice, recherche et rédaction, à Jobboom, qui ajoute avoir retenu les formations menant à des métiers rapportant plus de 700 $ par semaine.

«Puis, nous appelons dans des établissements denseignement qui offrent les programmes sélectionnés pour savoir si effectivement le placement est bon sur le terrain», précise-t-elle.

0 % de chômage

Il se dégage de ces recherches 7 métiers affichant le plein-emploi pour les futurs diplômés.

<b>

Outre les grutiers, on y retrouve, dans lordre, les chaudronniers spécialistes de linstallation et de la réparation de réservoirs sous pression et des chaudières (994 $/semaine) , les mécaniciens dascenseurs (815 $/semaine), les pilotes dhélicoptères (779 $/semaine), les audioprothésistes (722 $/semaine), les mécaniciens spécialistes en protection contre les incendies (706 $/semaine) et les inhalothérapeutes (706 $/semaine).</b>

Viennent ensuite les métiers noffrant pas un emploi automatique à la sortie des écoles, mais qui sont tout de même séduisants en matière de salaire et de placement.

Les formations délectricien et de plombier ne sont pas du palmarès, car elles ne débouchent pas sur des emplois dont le salaire est de 700 $ ou plus en début de carrière.

«Lintérêt de ces cheminements réside aussi dans le fait que dès quon obtient un de ces diplômes, on est généralement prêt à exercer un métier précis, contrairement à dautres formations plus générales», analyse Mme Lanthier.

[ 21-01-2008 ]<!--QuoteEnd--></div><!--QuoteEEnd-->

source : <a href="http://carriere.jobboom.com/carrieres-avenir/actualites/2008/01/21/4784915.html" target="_blank">http://carriere.jobboom.com/carrieres-aven...21/4784915.html</a>

Avoir un metier c'est le Top!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelqu'un a mentionné qu'avoir un diplôme au Canada, ça ne vaut plus rien. Faites attention, tout de même; ne généralisez pas ...

Et surtout, n'allez pas dire cela à nos jeunes décrocheurs (et le taux est très élevé, surtout chez les garçons) qui traînent les rues et n'ont pas fini leur secondaire. Ils sont bien mal partis pour l'avenir. wink.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now
Sign in to follow this  
Followers 0

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.