• Annonces

  • billets
    78
  • commentaires
    315
  • vues
    206227

À propos de ce blog

Récit de notre installation

Billets dans ce blog

futurquébecois

 

 

Résultats de recherche d'images pour « union fait la force »

 

 

 

Ce billet vient en suite de : 

 

 

 

Citoyens de seconde zone...

 

Ce récit avait suscité des interrogations chez certains, qui y voyaient l'aveu, comme pudique, d'un échec personnel...

Une déclaration, profonde et forte pourtant, mais nécessairement narrée enrobée dans de l'étoffe.

On ne froisse pas son hôte, surtout lorsqu'on s'invite soi-même...

Certains ont extrapolé ; à tort je puis le dire,  en pointant un probable manque d'efforts d'intégration.

Il n'en n'est absolument rien.

Ce qui était décrit dans mon récit allait bien au delà de ces superficialités...

Un tabou, suggéré, expliqué en termes clairs, imagé au besoin.

Il me semblait qu'il aurait été limpide, pour le lecteur, que ce qui était dénoncé, et qui constituait la principale source de notre profonde déception et de notre revirement, était bien le racisme Systémique.

Cette discrimination pratiquée en haut lieu ne peut générer que de néfastes conséquences en aval....Dans ses ramifications, elle n'en sera que la descendance, légitime et légitimisée...

Les langues se délient et les esprits s'ouvrent aujourd'hui...

Ils aura fallut ces tristes évènements.

Loin de faire l'unanimité, cependant, la hiérarchisation trouvant son écho dans les noyaux conservateurs,

La non reconnaissance des diplômes est bien la plus grande des discriminations, le plus grand mal fait à ces immigrants pour la plupart hautement diplômés.

Si nos origines constituent un écueil à l'embauche, les plus perspicaces d'entre nous passeront, à force d'abnégation, ce premier rempart, mais buteront sur le suivant : la discrimination salariale due au fait de la non reconnaissance des diplômes.

Cela ne sert aucune des parties... Un ingénieur, un médecin ou un doctorant chauffeur de Taxi contribuent-ils efficacement au développement du Canada ?

N'y a t-il pas gâchis de tout ce potentiel, inadéquatement exploité ? Ne faut-il pas aller au delà de ce conservatisme ?

 

Et puis, entendons nous bien : pouvons-nous réellement parler de parties ?

 

On ne s'amuse pas à quitter un pays, une famille, des amis, une situation professionnelle établie,

On ne s'amuse pas à partir pour des lendemains incertains, impliquant les personnes les plus chères dans l'aventure,

On ne s'amuse pas à refaire sa vie...

si l'on n'est pas convaincu que c'est le bon choix.

 

La majorité de ces immigrants deviendront citoyens Canadiens.

 

Message aux gouvernants : Ne leurs faites pas sentir qu'ils sont des citoyens Canadiens de seconde zone, des statistiques, des citoyens juste...économiques...

 

 

 

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

 

futurquébecois

 

Octobre 2011 - Novembre 2016… près de 05 ans plus tard

 

 

05 années passées au Québec, un éclair ou une éternité, ce sera selon l’angle de vue.

Que de découvertes, de réalisations, de joie et d’émerveillement,

Que de désillusions, de déceptions et de peine les accompagnant…

C’est selon…Un monde parfait, ça n’existe que pour les utopistes.

À toute médaille, son revers…

 

 

Qu’en est-il près de 05 ans plus tard ?

 

 

Nous vaquons toujours à nos emplois, ma conjointe et moi-même.

Nos enfants poursuivent leur scolarité :

Mon fils est en seconde année au Cégep,

Il poursuit  un programme d’études pré universitaires s’inscrivant, par essence même, dans la

perspective d’accès à l’université.

Ma fille a quant à elle terminé son cycle primaire et est entrée cette année au secondaire.

 

 

Pour nous, parents, nos projets ne suivent pas tranquillement leur cours.

Une remise en question globale a eu lieu.

Une analyse profonde et une meilleure connaissance du milieu dans lequel nous évoluons nous

ont poussé à revoir nos copies…

 

 

En résumé, nous sommes venus avec des rêves,

Nous sommes venus avec une idée de la société d’accueil, de ses valeurs,

Et nous n’avons fondamentalement pas trouvé les valeurs que nous recherchions.

Pour juger du contraste, sachez que mon état d’esprit, en venant il y a 05 ans au Québec, pouvait être résumé ainsi : ‘ J’y vais d’un pas ferme,  sans état d’âme aucun, je ne regarderai point derrière (ou du moins juste ce qu’il faut…), et  je crois même être prêt à y finir mes jours et à y être enterré ‘

Il n’en est plus question aujourd’hui…

 

 

Que s’est-il donc passé entre temps pour qu’il y ait revirement ?

 

 

Les modifications et remises en question peuvent être qualifiées de majeures…

Pour plusieurs raisons sur lesquelles je ne m’étalerai pas ici, laissant à chacun la latitude de se faire une idée du Québec, et conscient que notre analyse et nos conclusions ne pourraient en rien constituer une référence, nous avons décidé de ne pas pousser à l’extrême notre ancrage au Québec.

 

Nous gardons donc cette liberté de pouvoir nous en détacher, si requis, et dans cette optique, aucun investissement lourd, tel l’acquisition de propriétés,  n’y sera fait.

Cela va à contresens des grandes lignes originalement tracées et relatées dans de précédents billets, mais l’absence ‘ sur le terrain ‘de quelques paramètres directeurs initiaux, considérés comme primordiaux, ont engendré en nous frustration et déception, nous faisant virer de bord.

Un de ces paramètres, pour mieux éclairer la lanterne des lecteurs, est que la société Québécoise traitera fondamentalement différemment, sur le plan professionnel, les immigrants et les Québécois, tant bien même qu’ils auraient pu acquérir la citoyenneté Québécoise.

 

 

Le bât blesse.

 

La non reconnaissance des diplômes étrangers n’y est pas étrangère et, décidée en haut lieu, elle est à la base discriminatoire et source de bien des maux.

Certains employeurs la reprendront donc de volée pour recruter et rémunérer à la baisse des immigrants surqualifiés, majoritairement universitaires de formation, crème des sociétés respectives dont ils sont issus, et de surcroît triés sur le volet durant leur processus d’immigration.

La pilule ne passe pas et est source, dans son principe,  de profonde frustration.

Idéologiste de nature, n’ayant pas immigré au Québec pour des raisons économiques, mais plus par la recherche de valeurs et d’un mode de vie pour ma famille et moi-même, ma déception est grande.

Nous sommes citoyens Canadiens depuis Juillet 2016, et l’approche n’a rien changé à cette optique, nous nous sentons, dans le traitement et la considération, à un palier différent du traitement accordé aux  ‘Québécois de souche’.

 

 

Notre rêve s’effondre…

 

 

Comme précédemment souligné dans un des billets :

 

« Je me souviens de cette période d'euphorie, où tout était découverte et émerveillement...

Je me souviens de tous ces espoirs,

de tous ces projets,

de tous ces rêves...

Et puis,

de ces désillusions, aussi,

de nos premières déceptions en cette terre d'accueil,

et de mes premiers coups de gueule.

Je me souviens d'avoir alors naïvement réalisé, que tous les pays se ressemblaient, plus ou moins...

Que juste la forme différait,

Mais que le fond restait...

Je me souviens avoir compris qu'un immigrant resterait un immigrant,

Que la terre d'accueil n'appartiendrait qu'à ses ancestraux propriétaires,

et qu'ils ne voudront en partager que les pans qu'ils auront bien voulu partager,

Ou ceux que la force des choses les aurait poussé à bien vouloir céder.

Je me souviens de tout cela comme si cela datait d'hier,

Et hier n'est pas si loin... »

 

 

Aussi…

 

Au terme de notre cérémonie de citoyenneté,

Le juge à la citoyenneté nous rappela que dans la salle, nous étions des familles issues de 27 pays différents,  près d’une centaine de personnes de 27 nationalités différentes, qui avaient en ce jour fait l’important choix d’épouser la citoyenneté du pays d’accueil.

Il baissa alors la tête, et après un silence de quelques secondes, se redressa et nous dit :

 

 

«  Vous savez…vous êtes aujourd’hui Canadiens, au même titre que tous les autres Canadiens vivant dans ce pays.  S’il arrive un jour, pour une raison ou pour une autre, qu’on vous rappelle que vous êtes à l’origine un immigrant, demandez à votre interlocuteur : et toi, ton père, ton grand-père ou ton arrière grand-père, ils viennent d’où ? »

 

 

Ce discours, tenu en cet endroit hautement symbolique, descend en flammes mille autres discours démagogiques tenus ça et là, venant contredire des faits patents que nul mieux que l’immigrant ne connaît. Les apparences s’effacent devant le fond des choses.

La discrimination existe bel et bien, et quand elle est entretenue en haut lieu (1) , dure est l’intégration, fortes sont l’indignation et la déception !

 

 

Pour le principe,

 

Un ex-futur québécois.

 

 

 

racial-discrimination-equality-620x330.j

 

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

 

________________________________

(1) :   Une chercheuse propose que pour mettre fin à la discrimination systémique, il y ait reconnaissance des diplômes et expériences obtenus à l’étranger. 

http://journalmetro.com/plus/carrieres/1027912/travail-au-quebec-discrimination-des-immigrants/

futurquébecois

Octobre 2011 - Octobre 2015

4 ans après, qu'en est-il ?

La conclusion sera à lire en fin de billet.

Mais avant, cette discussion téléphonique, tenue avec un ami de longue date, qui tenait à avoir de nos nouvelles.

Cet échange devrait vous donner un aperçu des choses...

_____________________________________________________________________

L : Lui

M : Moi

M : Salut...

L : Salut...

Un échange de politesses plus tard...

M : Oui...

L : À bien y voir, je crois que vous et le Québec, c'est une histoire classée, et que votre choix est définitivement fait...

M : De manière définitive, je crois... oui !

L : Donc, pour me permettre de bien cerner les choses... Le Québec, selon toi ? un endroit pour s'installer de façon définitive ou temporaire ?

M : Pour être franc, et y ayant bien réfléchi au cours de ces dernières années, je te dirais que je préfèrerais à l'avenir juste y passer des vacances, mais pas m'y installer pour de bon...

L : Pensez-vous retourner dans votre pays, définitivement ?

M : Oui, sans hésiter une seconde !

L : Attends... Ta démarche d'immigration, si c'était à refaire, la referais-tu ?

M : Non, absolument pas ! Faut se méfier de ce qu'on raconte au sujet du Québec...c'est en partie faux...

L : Avez-vous eu des troubles pour vous intégrer dans la société Québécoise, la société dite d'accueil ?

M : Oui, énormément...

L : Ta famille se plait au Québec ?

M : Cou ci, cou ça...

L : Salut... Bien le bonjour, en espérant que tout aille bien pour vous...

M : Salut...

______________________________________________________________________

Le Québec, 4 ans plus tard, un aller-retour...

En fait, la véritable conclusion de notre aventure Nord-Américaine, vous la déduirez en relisant le texte précédent de bas en haut... :thumbsup:

Cela aurait effectivement pu être l'un ou l'autre des cas, un aller - retour dans le texte ou dans les faits...

7_5e847.jpg

4 ans plus tard, les feux sont au vert... Je n'entreraii point dans les détails, la phase de transition, pleine de remous, ayant été relatée dans les précédents billets. Un palier étant atteint, nous continuons donc notre chemin, tranquillement, ne regrettant pas un instant notre choix d'être venus immigrer au Québec. Nous évoluons toujours professionnellement, ma conjointe et moi-même, au sein des mêmes entreprises. Les enfants progressent dans leurs études, mon fils ayant intégré le Cégep cette année, ma fille se retrouvant en 6ème année primaire. Notre demande de citoyenneté, quasi-ficelée, n'a cependant pas pu être introduite. Elle a connu un contretemps d'une année, en conséquence à la nouvelle réglementation imposant une présence de 1460 jours au Canada ( contre 1095 précédemment ) au cours des six ans qui précédent la date d'introduction de notre demande. Cette condition sera atteinte sous peu, et l'envoi s'en suivra immédiatemment. Nous ne pourrons donc, cette année, participer aux élections et peser même minimement de nos voix sur le choix des hommes, présentant des programmes et projets, qui régiront notre quotidien... ce n'est que partie remise.

L'achat de notre maison, projet relaté dans les billets précédents, connait lui aussi un contretemps d'une année. Le problème est venu d'où nous l'attendions le moins...de ma fille de 11 ans... qui pleurait à l'idée de devoir quitter sa présente école, le quartier et ses ami(e)s... elle s'était même mise à faire des recherches elle-même et nous présentait des propriétés, trouvées sur les sites spécialisés, proches de son école... des maisons des années 1960, proposées au prix de résidences neuves et plus spacieuses sur la rive Nord... Le passage au secondaire sera le moment le plus opportun pour quitter le secteur. Il y a des choix importants à faire, qui nécessitent certains sacrifices...des zones de confort à devoir malheureusement casser et rebâtir...les enfants comprendront rendus plus grands...

Certes, au fil des ans, le mal principal nous rongeant, immigrants, c'est la nostalgie, dommage collatéral de ce choix de s'exiler à des milliers de kilomètres...les souvenirs, les moments de joie que nous ne pouvons pas partager avec nos proches et amis restés au pays, les moments de douleur où nous ne pouvons apporter notre soutien aux personnes que nous aimons... cela pèse...des gens partent, des visages que nous avons laissés rayonnants, des visages que nous ne reverrons plus...sans leur avoir dit adieu...il y a ces naissances aussi, ces enfants que nous ne rencontrerons que plus tard... c'est le volet sombre de l'histoire... mais il y a tant de choses qui compensent...sans toutefois pouvoir remplacer.

Voici donc ici brièvement établie une esquisse de l'état des lieux...

Chacun en aura évidemment la lecture et l'analyse qu'il voudra.

Au coeur des faits, je juge personnellement le tableau positif, les ''moins'', car il serait utopique de dire qu'il n'y en ait pas,

étant largement contrebalancés par les points positifs.

Aussi, ceci étant dit...

Je m'étais promis un petit billet pour la '' 200 000'' ème visite du blog, ce qui à mon sens est énorme pour un blog fait de

textes. On y vient doucement...

Je profite donc de l'occasion pour adresser 200 000 mille merci(s) aux lecteurs de ce blog.

merci.png

Merci et à bientôt...

__________________________________________________

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Tous mes voeux de Bonheur, santé et prospérité à vous tous.

Pour les attendeux, puisse 2015 voir votre projet d'immigration se réaliser.

Pour les nouveaux immigrants, que vos démarches d'intégration puissent aboutir et se concrétiser par un emploi

permanent à la hauteur de vos aspirations.

Pour les autres, et bien...profitez de votre quotidien !

Bonne et heureuse année 2015 !

bonne_annee_2015.jpg

futurquébecois

En Amérique du Nord, le football devient soccer, mais garde les mêmes règles...

C'est un sport beaucoup moins populaire qu'en Europe et au Maghreb, mais semble gagner en importance au fil de ces dernières années, après le long déclin des années 1950 à 1990.

Le football en salle est aussi très pratiqué par les jeunes d'ici.

Le sport roi au Québec :

Le Hockey est ici au Québec '' le sport national '', par excellence.

Comme toutes les choses auxquelles on ne fait pas l'effort de prêter attention, de donner de l'importance, par méconnaissance de ce qu'est la chose, nous avions en arrivant de très faibles connaissances des règles le régissant.

Je trouvais personnelement, par exemple, assez bizarre que le joueur puisse passer la ligne des buts adverses avec sa rondelle, et que le jeu puisse se poursuivre... ceci toujours en comparaison aux sports connus pour lesquels un remise en jeu aurait été sifflée ; le hockey sur glace est en fait le seul sport où les joueurs peuvent se déplacer derrière les buts sans qu'il y ait interruption de jeu ! Autre singularité à signaler aussi, il n'y pas de touche, pas de limites latérales à ce jeu. Ce sont les premières bizaretés déroutantes, entraînant et expliquant un peu le désintéressement que l'on a de prime abord; mais en réalité, ce jeu va tellement vite ( il est d'ailleurs qualifié de jeu le plus rapide du monde, les démarrages y étant plus rapides qu'en patinage de vitesse et le palet pouvant atteindre 160km/h [1] ) que s'il avait fallu l'arrêter dans les cas précédemment cités, il aurait fallu interrompre la partie à pratiquement toutes les 5 secondes ( la patinoire mesurant 60 mètres de longs sur 30 mètres de large ) . On finit par le comprendre et l'admettre, en se donnant la peine de l'analyser un peu.

On y découvre du beau jeu, une très belle technique de la part de certains joueurs, dont certains font des prouesses :

ce sont les Messi(s) des patinoires...

Mais il reste un truc tout de même que je ne comprends pas, c'est que les bagarres sur la glace, et elles sont assez récurrentes, ne donnent pas lieu à la suspension immédiate des protagonistes... On se bagarre sans ménagement à coups de poings, les joueurs jettant les gants et se tapant sur la gueule l'un l'autre, sans que, là est la grosse stupéfaction, les arbitres ne mettent un terme à cet échange houleux... mieux même, ils se mettent autour, regardent et laissent faire, des fois parfois pendant des minutes... alors, cela fait-il partie du jeu ??? On laisse faire parceque ça enflamme les tribunes ???

Je pose ici mon regard d'immigrant, cela pourrait probablement faire rire certains...

Fouinant un peu, je découvre qu'à l'origine, des '' policiers sur patins '' étaient désignés dans pratiquement chaque équipe, pour protéger les fins techniciens qui n'étaient nécessairement pas d'assez bons bagarreurs, ceci ayant pour but d'éviter qu'ils ne soient intimidés par les joueurs des équipes adverses ; on répondait alors à l'intimidation par l'intimidation...

J'en parle parceque le fait d'exprimer mon désaccord face à cette façon de faire, jugeant que l'établissement de l'ordre devant être dévolu aux quatre arbitres présents sur la glace, cela faisant partie de leurs prérogatives pour la majorité des autres sports collectifs, m'a valu pas mal d'échanges houleux avec certains lecteurs d'un site sur lequel je commente régulièrement.

Je vous en livre ici quelques passages :

M : Moi

Li : Lecteur i

L1 : " Pourquoi ils devraient être suspendus? Ils ont eu probablement une majeure et une inconduite c'est tout..."

L2 : " Rien de pas légal ! Simplement une bonne droite bien méritée !! "

M : " Excuses.. j'suis pas trop Hockey vues mes origines, mais quand vous dites rien de légal... c'est pas fairplay, et quand on est sur un terrain ou sur la glace comme ici, y faut faire preuve de sportivité... c'est pas un combat de boxe, ça n'a rien à voir avec le jeu, et donc y devraient être sanctionnés et suspendus pour quelques rencontres... ou bien, on laisse faire parceque la bastonnade, ça plait aux spectateurs ? ''

L2 : " Suspendus pourquoi ? ''

M : " Parceque c'est pas sportif du tout ! c'est hors contexte, c'est un match de hockey, pas un combat de boxe ; c'est anti-sportif... c'est pas parceque c'est un fait accepté depuis des lustres qu'il faut s'alligner comme des moutons de panurge et ne pas le remettre en question !!! "

L3 : " Va écouter le tennis !!! "

M : " Je connais le tennis, le cyclisme, le soccer, le volley-ball, le handball, le basketball, la natation, un peu moins le golf et je me renseigne, un peu moins le hockey et je me renseigne... et je donne mon opinion aussi, qu'elle soit partagée ou pas, j'ai une vision neutre qui me fait avoir un point de vue neutre... et je maintiens que la bastonade, c'est de la bastonade, et elle n'a rien à faire dans une partie de rondelles... ''

L4 : " Comme tu mentionnes en debutant ta phrase: je suis pas trop hockey vues mes origines...donc si tu sais pas de quoi tu parles ça serait p-e sage de rien dire ou de se la fermer comme on dit! Les bagarres ont TOUJOURS fait partie du hockey! "

L5 : '' Je comprends pas pourquoi les autorités du Hockey continuent à tolérer les combats ""

L6 : " Au hockey si tu ne te fais pas respecter, tu n'avances pas. Oui les batailles au hockey sont utiles pour faire monter l'adrénaline, mais elles ont beaucoup perdu de leur sens et le sport s'en ressent... mais le plus important, c'est qu'on se sert la main a la fin du match "

Voilà, on voit que les avis sont aussi partagés entre les gens ayant grandi ici, avec ce jeu.

Ma perception reste quant à elle immuable.

Je cite, un article paru en 2007 suite à un incident ayant entraîné la perte de conscience d'un joueur suite à une joute musclée :

" En dépit des risques physiques, la majorité des joueurs et de l'administration des ligues nord-américaines de hockey insistent sur le fait que le combat fait partie d'un match. Ainsi, suite à ce nouvel incident le commissaire de la LNH, Gary Bettman réaffirmé que la Ligue nationale de hockey n'allait pas débattre sur la question de savoir si les combats avaient leur place ou pas dans la LNH mais a tout de même admis qu'il fallait trouver un moyen de mieux protéger les joueurs " [3]

Et vous, qu'en pensez-vous ?

À voir : http://www.tvasports.ca/2014/11/22/combat-revanche-entre-weise-et-campbell

Et...

0229fights-419x315.jpg

bagarre-hockey.jpg

hockey-glace-bagarre_pics_809.jpg

_______________________________________________________________________________________

Notes :

[1] : http://www.loiret.fr/hockey-sur-glace-pour-ne-pas-rester-en-froid-sport--1016.htm?RH=ACCUEIL&xtmc=hockey&xtcr=0

[2] : http://www.cbc.ca/sports/hockey/fighting-not-up-for-debate-bettman-1.661551

__________________________________________________

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Au Québec, on travaille en français,

Selon le Slogan...

1/ Visite de chantier, plusieurs corporations sont présentes.

On se fait présenter les lieux, une tour à bureaux récemment acquise par un grand groupe.

L'ingénieur nous remet les plans d'aménagement, et commence à nous décrire les principales modifications envisagées.

En anglais...

Au bout d'une minute de discours, il se fait interpeler par un contracteur présent à la réunion :

"" Pouvez-vous parler en français, nous comprenons mais ce serait plus facile pour nous, afin de saisir tous les détails "

Dans l'étoffe...

L'ingénieur se retourne, regarde l'intendant immobilier, qui acquiesce d'un mouvement de tête...

Pourquoi ?

Au Québec, on travaille pourtant bien en français...

2/ Suite à un accident d'auto survenu récemment ( relaté dans un précédent billet ), j'ai fait l'acquisition d'un autre véhicule et ai contracté une assurance auto auprès d' une compagnie dont je tairai volontairement le nom.

Son siège est bien situé à Montréal.

Négociations faites par téléphone, informations transmises, l'accord est conclu en environ 15 minutes.

10 jours plus tard, je reçois les documents par courrier postal.

Tout est en anglais...

Pour le fun, je téléphone ( répondeur, laissé un message ) et envoie un courriel détaillé dans lequel je requiers des documents d'assurance en français, afin, selon mes explications, de me permettre de mieux cerner toutes les clauses du contrat, ma langue première étant le français.

Lettre restée morte à ce jour...

Pourquoi ?

Au Québec, on travaille pourtant bien en français...

3/ Au bureau, plusieurs documents de soumission, des devis techniques, sont transmis en anglais.

J'estime le prorota à environ 20 %.

Les demandes de complément d'information sur les projets se font pour ces cas précis en anglais, langue première de nos interlocuteurs...

Pourquoi ?

Au Québec, on travaille pourtant bien en français...

Au Québec, on vit aussi en anglais...

Cela est palpable dans la vie courante : dans les rues des villes, dans les transports en commun, dans les centres commerciaux,...

Des enseignes sont là pour le rappeler, et de façon ostentatoire... Canadian Tire, Best Buy, Future Shop, Foot Locker, Old Navy, Costco qui y rajoute son Wholesale, et j'en passe...

Ces mastodontes invoquent alors '' le réglement sur la langue du commerce et des affaires ''...

Ces multinationales défient ouvertement la charte sur la langue française, communément appelée loi 101.

Je cite :

''Le titre I de la loi, qui contient neuf chapitres, déclare le français langue officielle de la législation, de la justice, de l'administration, des organismes parapublics, du travail, du commerce et des affaires et de l'enseignement. ''

Old-Navy-Centre-Eaton-Montreal.jpg

best_buy.jpg

1310909002177_ORIGINAL.jpg?quality=80&size=650x&stmp=1399901496579

Et en 2014...

" Huit grands détaillants, dont Best Buy, Costco, et Old Navy ont obtenu gain de cause en Cour supérieure contre le Procureur général du Québec. Ils n'ont pas à ajouter de descriptif en français à leur marque de commerce pour respecter la loi " .

[ http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/proces/201404/10/01-4756435-enseignes-en-anglais-8-grands-detaillants-gagnent-leur-cause.php ].

MoneyLawandSolutionsPodcast_1_jpg_670x200_q85.jpg

Ceci étant,

La réglementation encadre l'affichage public, comme elle régit aussi la signalisation routière.

Je cite encore :

'' Au Canada, la signalisation bilingue français/anglais est la norme à travers le Nouveau-Brunswick, dans 25 régions désignées de l'Ontario et dans certaines localités du Manitoba, ainsi qu'à proximité des zones de transition entre majorité linguistique et sur les routes principales à travers la nation, sauf au Québec où tout est uniquement en français. Seule exception au Québec: la partie de l'Autoroute Bonaventure qui est propriété de la Société des Ponts Jacques-Cartier et Champlain Incorporée ainsi que ces deux derniers ponts et leurs approches, ont une signalisation bilingue."

Ceci a le mérite d'être bien clair.

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/proces/201404/10/01-4756435-enseignes-en-anglais-8-grands-detaillants-gagnent-leur-cause.php

Arr%C3%AAt_Stop_101.png

Arrêt et...Stop transformé en '101'... en référence à la loi du même nom.

Cela se passe à Montréal.

Montréal n'est pas le Québec, certes.

Mais elle en fait partie.

Selon l'office Québécois de la langue française, le bilinguisme est très présent dans les milieux professionnels, et prend une place de plus en plus importante dans le quotidien des travailleurs.

Une enquête menée pour les années 2006 et 2010, à l'échelle du Québec, et dont les résultats ont été publiés en 2012, révèle effectivement que " le français est peu souvent utilisé seul, et que près de 63 % des travailleurs ont recours à l'anglais ( dont 46 % l'utilisant moins de la moitié de leur temps, 17 % plus de la moitié de leur temps de travail ) "

[ cf: http://www.oqlf.gouv.qc.ca/etudes2012/20121126_pp_presentation.pdf ] .

Le Québec est en fait trop influencé par son voisin américain, partenaire commercial avec lequel il réalise plus de 70 % de ses exportations, duquel il importe aussi principalement ses biens.

[ cf: http://www.gouv.qc.ca/portail/quebec/pgs/commun/portrait/economie/exportations/?lang=fr ]

Et beaucoup d'influence est aussi à souligner de la part du reste du Canada, principalement anglophone, avec lequel le Québec a également d'importants échanges commerciaux.

Alors, en découlant,

Au Québec, peut-on vraiment ne travailler qu'en français ?

point-d-interrogation.jpg

__________________________________________________

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

...

C'est le nombre de visites du blog en date d'aujourd'hui,

J'essaie de m'imager ce que cela pourrait représenter...

Il y a certes des lectures multiples, ce qui signifie que ce ne sont pas des visiteurs distincts. on y vient.

Mais aussi,

Les images, les vidéos, attirent bien plus de visites que les textes, qui en rebiffent plus d'un.

Et donc, 171000 visites d'un blog fait principalement de textes, j'estime cela énorme, et je tiens à vous en remercier.

Merci.jpg

futurquébecois

Introduction

Un jour du mois d' Août 2014 / 20 heures 30 minutes

Allongé sur le Sofa, je regarde un des épisodes de la trilogie du " parrain ".

Le film est captivant, la distribution de haut niveau, avec un Al Pacino époustouflant.

Église, société civile et institutions, l'organisation criminelle n'épargne aucun segment.

Montréal en sait un bout.

La nuit est tombée, tout est silence, tout autour...

Nous sommes en plein mois d'Août, je me permets de veiller un peu plus tard que d'habitude.

Je profite en fait de mon congé de 15 jours.

Description

J'active en tant que concepteur dans le domaine du bâtiment, et nous avons un droit acquis découlant de conventions collectives de l'industrie de la construction du Québec , de deux fois 15 jours de congés payés au courant de l'année.

Cependant, il y a impossibilité de cumuler le congé d'hiver avec celui d'été, la loi imposant une prise uniforme de ces congés pour toutes les entreprises du secteur, ceci je suppose afin de ne pas favoriser de concurrence déloyale, les absents ratant les marchés ayant, comme la coutume a l'habitude de le dire, toujours tort...

Seule une entente avec l'employeur pourrait permettre une prolongation de ces congés ; des heures supplémentaires non payées, cumulées pour étirer le congé à 3 semaines, cela serait possible... mais il faudrait pour cela ne pas être un élément indispensable au sein de l'entreprise... et pour l'ensemble des entreprises Québécoises, je vois mal des employeurs recrutant des employés dont ils n'auraient pas besoin...

Une autre entente possible serait la prise d'une semaine de congé sans solde, de façon à atteindre les 3 semaines de congé au total.

Vif du sujet

Quand on vient d'un pays distant de plus de 6500 kilomètres, partir en vacances pour deux semaines, c'est vraiment très, très court...

Le vol en avion prend près de 9 heures, le décalage horaire vous envoie au lit pour une ou deux journées, et le temps de déboucler vos valises, faire la tournée de la famille et des amis, et bien il est presque le temps de les reboucler pour revenir...

Ceci faisant, je ne suis pas allé en vacances au bled, cet été, alors que ma petite famille elle, se l'est permise.

Les enfants étaient en vacances scolaires pour 2 mois, pas de soucis pour eux.

Ma conjointe oeuvrant dans le domaine de la petite enfance, l'été étant une période creuse pour ce domaine, elle a été autorisée à prendre, en plus de ses 4% annuels ( 0.04 de 52 semaines, soit environ 15 jours ) une prolongation sans solde.

Tout est beau, dans le meilleur des mondes.

Restent alors les restants...

Un autre aspect de l'immigration

L'immigration est une expérience qui en fait voir, des bonnes et d'autres un peu moins... ceci sous tous les aspect de la vie.

C'est une expérience unique, avec des situations envisagées avant de venir, et dont on imagine par projection, du mieux que l'on peut, le cheminement et l'impact engendré sur le mental.

Ceci est un aspect de la préparation pour le grand saut...

Et aussi bonne qu'elle puisse être, certains points pourtant prévus peuvent faire flancher.

J'en parle car je me suis promis d'être franc...

Immigrer pour une contrée lointaine, laissant en plus de ses habitudes et ses activités, sa famille et ses amis derrière, nécessite une sacrée dose de courage.

Ceci fait, se départir alors de son cocon familial, surtout lorsque notre vie est rythmée par la leur, peut être déstabilisant.

Des compagnons de bataille...

Un mot laissé par ma fille avant de partir, les yeux en pleurs...

Un coeur dessiné sur une feuille de papier gommé bleu,

" Je t'écris ces mots pour que tu ne m'oublies pas, car nous allons partir en vacances, et tu ne viendras pas avec nous...''

Nous ne nous étions en fait jamais séparés.

Ma conjointe et moi ne nous étions jamais séparés, également, ceci depuis notre mariage, datant d'il y a 18 ans...

L'immigration est une sacrée expérience, elle nous en fait vivre de bien belles, de singulières...

La nuit est donc tombée, tout est silence, tout autour...

Allongé sur le canapé, je pense à tout cela.

Je suis seul devant mon téléviseur,

Je me rends alors compte que je n'ai pratiquement pas parlé de la journée...

Juste : " Bonjour... merci... au revoir... " en allant à l'épicerie...

L'exil.

Une histoire presque anodine, si ce n'était le contexte.

L'immigration, par choix ou par contrainte,

Son intensité et ses moments de solitude,

On en ressent bien plus qu'on peut en dire.

Les silences sont intranscriptibles,

Il faut les vivre...

L'immigré.

399372-homme-seul-regarde-haut-sa.jpg

__________________________________________________

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Se mettre à la place des autres, c'est pas si compliqué...

Pointe Claire, 8 heures 10 minutes.

Je roule tranquillement vers l'Est, sur l'autoroute 40.

Une réunion d'entreprise prévue pour 8 heures 30 minutes, je ne dois pas être loin du lieu de rencontre.

Je dis que je ne dois pas être loin car je ne connais en fait pas très bien le secteur.

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que Montréal est une très grande ville, la plus grande de la province du Québec, et que ma méconnaissance, en tant que nouvel immigrant, de l'ensemble de son réseau routier, est tout à fait justifiée, et qu'elle est amplifiée par le fait que je vaque à des occupations plutôt localisées, ou autrement dit, que je ne sillonne pas la ville à longueur d'année, pour pouvoir en connaître un max de tronçons et recoins...

Dépourvu volontairement de GPS, un peu sur les conseils de certains de mes amis, dont beaucoup sont Québécois.

Ils ont quelque part raison en disant que suivre machinalement les instructions, en écoutant la douce voix féminine du guide, ne nous permet pas de bien mémoriser les trajets. L'attention se détache des panneaux et rues pour se concentrer beaucoup plus sur la route et le trafic.

Mais n'est-ce en réalité, pas là le plus important ?

'' Un GPS dans ma voiture, une insulte à mon intelligence ! " m'a même rétorqué l'un d'eux, qui s'étonnait par ailleurs du fait que je voulais m'en offrir un...

" On n'apprend jamais autant qu'en faisant des erreurs " me disait un autre.

Soit... mais des erreurs sur la route, ça craint...

Et je l'ai appris à mes dépens !

Il est donc 8 heures 10 du matin, mon char pétarade tranquillement sur l'autoroute, j'ai les grandes lignes de mon trajet en tête, flachées sur Google Maps quelques instants avant mon départ.

Mais voilà que, me retrouvant sur la mauvaise voie, je rate la sortie de droite.

Une solution logique s'impose, Il faut faire demi-tour, donc contourner la zone où je suis actuellement, et me concernant, allant vers l'Ouest, il me faut repartir sur la 40 Est pour rebifurquer un peu plus en amont, sur la 40 Ouest..

Pour les gens connaissant la zone, je ne suis pas loin du centre commercial Fairview Pointe Claire.

Je prends donc la bretelle de sortie, reviens sur le Boulevard Saint-Jean en vue de reprendre sur la 40 Est.

Devant moi, la circulation ralenti. J'en fais autant.

Et puis...

Quelques instant après...

Un grand Booooommmmmmm.

Je suis projeté de l'avant sur mon pare brise, mes banquettes arrières se rabattent, et mon véhicule est projeté de l'avant et défonce l'arrière du véhicule se trouvant devant le mien.

Sur le coup, je profère des jurons... sans doute un réflexe de défense... et dans mon mouvement de projection vers l'avant, un autre réflexe me fait regarder dans le rétroviseur. J'entrevois un véhicule blanc, celui ayant embouti le mien, avec au moins 2 personnes à bord, dont le chauffeur coiffé d'une casquette.

Je reprends mes esprits, déboucle ma ceinture de sécurité, sors de mon véhicule... et surprise, je vois alors un véhicule noir derrière le mien...

???

Je réalise...

Un délit de fuite, par dessus le marché !

Des criminels.

Il y aurait pu y avoir des enfants à l'arrière !

Pour information, j'ai échappé de peu à la pose d'une minerve, et m'en suis sorti avec deux jours de douleurs à la nuque.

Dieu merci, il n'y avait personne à l'arrière, mais cela aurait pu être le cas.

Un délit de fuite qui aurait pu être conjugué avec une non-assistance à personne en danger.

Il y a des gens ainsi.

Il y en a partout...

Bref,

Je continue mon récit...

Le chauffeur du véhicule noir me fait des grands gestes, pointant son doigt vers l'avant, me faisant comprendre que le véhicule m'ayant percuté de l'arrière avait pris la fuite.

Je lui demande s'il a eu le temps de prendre le numéro d'immatriculation. Il me répond par la négative.

Plainte est déposée auprès de la police.

Que vient alors faire mon GPS dans l'histoire ?

Ben, oui, on ne change pas les choses, mais dorénavant, le fait d'en avoir un pourrait me permettre de ne pas rater la bonne sortie et peut-être d'avoir un peu plus de chance.

De retour au bureau, j'ai narré cette histoire à mon ami Québécois, celui qui auparavant me disait qu'avoir un GPS dans son auto serait pour lui une insulte à son intelligence... celui qui ne comprenait pas que je pouvais en avoir besoin...

J'ai alors fais un tout petit exercice avec lui, non sans lui avoir rappelé qu'en arrivant au Québec, il m'était arrivé les premiers jours de m'égarer à quelques rues de chez moi...un cas extrême...

L'exercice était simple : Sur Google Maps, je lui ai sorti la carte d'une ville belge dont je connaissais jusqu'aux ruelles, et à partir d'un point, je lui ai demandé de me montrer un trajet quelconque pour se rendre à un autre point, de le mémoriser, et de me dire s'il était capable de refaire le trajet et se souvenir du nom des rues une fois l'écran éteint.

Je pouvais pour ma part trouver plusieurs variantes pour m'y rendre, juste de mémoire, sans voir la carte...

Après un moment de réflexion, Il sourit alors, et m'avoua que si ce cas de figure, assez similaire au mien ici au Québec, devait se présenter à lui, il opterait probablement pour un GPS...

Les immigrants ont aussi d'autres soucis et difficultés d'intégration, ne veut les comprendre que celui qui ne veut pas les comprendre, ne s'en donne pas la peine, ou ignore par manque d'expérience, tant de choses de la vie.

1a93f249b3e4d2c5c0d243f099885f7e.jpg

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Pari osé, pari payant...

Un peu de nos nouvelles...

Loin du forum pour des raisons intrinsèques,

Le parcours continue cependant...

Ici des nouvelles de notre aventure,

A défaut du '' jour après jour ".

Dans un mois, cela fera trois ans...

Trois ans, déjà, depuis que nous sommes au Québec,

Trois intenses années, pleines sur tous les plans,

Un pari osé, celui de partir vers une contrée lointaine, d'emblée quasiment inconnue, sinon par quelques récits, sinon par nos lectures,

Partir avec un minimum de garanties...

Un pari osé, sachant qu'il faut laisser tomber une situation, des habitudes, des parents et amis, et aussi des acquis...

Un pari qu'il faut oser prendre, et je crois pouvoir dire, qu'au jour d'aujourd'hui, il a été pour nous, payant.

Je peux donc, sans trop de risques de me tromper, affirmer que nous sommes en train de réussir notre immigration.

Pour rappel, les choses se sont mises en place au bout d'environ un an, après ces incontournables formations nous ayant offert des références Québécoises, venant se greffer en complément de nos diplômes et expériences acquises sous d'autres cieux... pourtant pas si lointains... mais bon...

Deux augmentations de salaire plus tard, nous nous ancrons, ma conjointe et moi-même, dans nos milieux professionnels respectifs.

Nous retrouvons de nouvelles habitudes, nous nous sommes faits de nouvelles relations, issues pour la plupart de nos cercles professionnels...

Matériellement, notre situation a elle aussi logiquement évolué.

Les lendemains incertains des nouveaux immigrants, nos ''douloureux souvenirs'' d' économies de bas de laine, ont laissé place aujourd'hui à une certaine part d'insouciance vis à vis du quotidien, à la possibilité de projection et à l'établissement de projets, découlant d'une relative aisance financière...

Le projet le plus important étant l'acquisition de notre propre maison, c'est ainsi que notre prochain déménagement, celui qui nous verra passer du statut de locataires à celui de propriétaires, se fera selon nos démarches et prévisions, au milieu de l'année 2015, soit moins de quatre ans après notre arrivée.

Le Brouhaha de la ville commençant à nous lasser, nous nous installerons en périphérie de Montréal.

Ce n'est évidemment pas la seule raison, nous aurons en passant les ponts, un rapport espace / prix bien plus plus intéressant que ce qui est pourrait être proposé sur l'île...

Nos enfants, quant à eux, continuent normalement leur scolarité.

Ils ont maintenant leurs repères, leurs amis, et les problèmes cités dans les premiers billets de ce blog, font maintenant partie du passé...

Ils sont d'ailleurs actuellement en vacances au pays, et me font part de leur empressement à revenir, cela étant assez explicite.

Voilà...

J'espère que ce court témoignage apportera du baume au coeur des futurs et nouveaux immigrants.

Je leur conseillerais juste... d'être justes... beaucoup me comprendront.

Je leur conseillerais juste de donner pour recevoir...

Les compétences sur la base desquelles ils ont été sélectionnés lors du processus d'immigration sont suffisantes pour attaquer le marché de l'emploi, sous réserve toujours de cette '' mise à niveau '' et de la connaissance des normes et codes locaux.

Je leur conseillerais aussi de s'entourer de gens positifs, de faire leurs propres analyses, de comparer, le parcours de tel ou untel n'étant pas nécessairement ' la ' référence.

Bonne chance à tous.

la-chance1.jpg

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________________

Au revoir.

Je ne peux partir sans saluer ceux qui ont suivi ce blog.

Je vous souhaite bien de bonnes choses au Québec, beaucoup de réussite pour ceux qui y sont déjà, de la tenacité

et de la confiance pour ceux qui sont en plein processus.

Merci de m'avoir suivi, merci pour tout.

photo-108763.jpg?_r=1391475874

________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________________

futurquébecois

Un outil pratique.

En voyant un post mentionnant une distance de 6000 km entre Montréal et Paris, j'ai un peu sourcillé.

Ce calculateur de distance [ http://fr.thetimenow.com/distance-calculator.php ], très pratique, nous indique une distance, à vol d'oiseau, de 5512 Km.

Ce lien nous permet aussi, entre autres, de connaitre les taux de change de différentes devises à travers son convertisseur de devises, mis à jour chaque heure.

Histoire d' allers- retours

En en discutant au bureau, et devant l'étonnement de mes collègues, je décide d'en ( re ) parler ici.

Saviez-vous que le voyage aller en avion, entre deux pays, n'a pas la même durée que le voyage retour ( combien même les avions utiliseraient deux couloirs aériens sensiblement parallèles ) et ce selon les longitudes de ces pays ?

Exemple : le vol aller Alger-Montréal durera près de huit heures, alors que le vol retour, durera lui près de neuf heures ?

Certains le savent certainement, alors des explications pour ceux qui l'ignorent peut-être :

Alger ( ou Paris ) se trouvant plus à l' Est de Montréal ( en terme de longitude ) , le vol aller verra Montréal se rapprocher du point de départ, sous l'effet de la rotation de la terre, rendant la distance parcourue dans les airs plus courte que celle mesurée et matérialisée au sol.

Par contre, au retour et en décollant de Montréal, la terre tournant de l'Ouest vers l' Est, verra le point de destination, Alger ou Paris selon les cas, s'éloigner de Montréal, ce qui induira une distance supplémentaire à parcourir dans les airs, donc un temps de vol prolongé.

Bon à savoir...

avion_bleu.jpg

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Sommaire du blog

1/ PART I / Les quelques jours qui ont précédé notre départ.../http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-1-part-i-les-quelques-jours-qui-ont-precede-notre-depart/

2/ Part I / suite / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-2-part-i-suite/

3/ Arrivée après... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-3-arrivee-apres/

4/ Part 4 / Premières sensations… / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-4-part-4-premieres-sensations/

5/ Premiers repères et premières démarches... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-5-premiers-reperes-et-premieres-demarches/

6/ L'inscription des enfants à l'école./ http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-6-linscription-des-enfants-a-lecole/

7/ Premiers états d'âme... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-7-premiers-etats-dame/

8/ Première séance d'information... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-9-premiere-seance-dinformation/

9/ Premier coup de gueule... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-10-premier-coup-de-gueule/

10/ S'adapter au monde du travail Québecois... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-11-sadapter-au-monde-du-travail-quebecois/

11/ Un retour ponctuel aux sources... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-13-un-retour-ponctuel-aux-sources/

12/ Malaises / L'immigration vécue de l'intérieur / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-14-malaises-limmigration-vecue-de-linterieur/

13/ Mode dépense / ça va à vitesse Grand V ! / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-15-mode-depense-ca-va-a-vitesse-grand-v/

14/ Immigrer en famille / Adaptation des enfants / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-16-immigrer-en-famille-adaptation-des-enfants/

15/ Aide-mémoire pour vos démarches administratives / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-18-aide-memoire-pour-vos-demarches-administratives/

16/ Retour aux études , formation courte ou recherche d'emploi rapide / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-19-retour-aux-etudes-formation-courte-ou-recherche-demploi-rapide/

17/ Quand les Montréalais débraient... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-20-quand-les-montrealais-debraient/

18/ Du ' Boxing day ' aux ' boxing days ' / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-21-du-boxing-day-aux-boxing-days/

19/ Trois mois à Montréal et un seul regret... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-23-trois-mois-a-montreal-et-un-seul-regret/

20/ Une autre expérience. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-30-une-autre-experience/

21/ Un hommage... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-34-un-hommage/

22/ La chaleur des métros... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-38-la-chaleur-des-metros/

23/ Réflexion personnelle sur le dualisme [ Immigration / Nouvelles technologies de communication]. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-44-reflexion-personnelle-sur-le-dualisme-immigration-nouvelles-technologies-de-communication/

24/ Le réseau de bibliothèques de Montréal / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-60-le-reseau-de-bibliotheques-de-montreal/

25/ CITIM / Démarches pour l’intégration de l’ordre des ingénieurs du Québec ( OIQ ) / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-68-citim-demarches-pour-lintegration-de-lordre-des-ingenieurs-du-quebec-oiq/

26/ Récit d'une immigration en solo / les périples de Hakim... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-72-recit-dune-immigration-en-solo-les-periples-de-hakim/

27/ Court dialogue avec ma petite fille de huit ans. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-74-court-dialogue-avec-ma-petite-fille-de-huit-ans/

28/ Code de la route au Québec / Grosses différences avec d’autres pays / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-86-code-de-la-route-au-quebec-grosses-differences-avec-dautres-pays/

29/ Bilan après 6 mois au Québec / Un bilan mitigé, mais réaliste. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-102-bilan-apres-6-mois-au-quebec-un-bilan-mitige-mais-realiste/

30/ La belle province / Journées de la pêche au centre de la nature de Laval. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-121-la-belle-province-journees-de-la-peche-au-centre-de-la-nature-de-laval/

31/ C'est aussi ça le Québec... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-125-cest-aussi-ca-le-quebec/

32/ Mieux comprendre les taxes appliquées au Québec / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-132-mieux-comprendre-les-taxes-appliquees-au-quebec/

33/ 24 Juin 2012/ Notre première fête nationale du Québec. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-139-24-juin-2012-notre-premiere-fete-nationale-du-quebec/

34/ L'infirmière ne connait pas les temps d'attente / Virée dans un hôpital de Montréal / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-162-linfirmiere-ne-connait-pas-les-temps-dattente-viree-dans-un-hopital-de-montreal/

35/ Un an déjà... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-175-un-an-deja/

36/ Quelques points à maîtriser pour attaquer efficacement le marché du travail québécois. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-180-quelques-points-a-maitriser-pour-attaquer-efficacement-le-marche-du-travail-quebecois/

37/ Posséder une voiture, en hiver et au Québec. Comment attaquer l'hiver du bon ... pneu ! / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-191-posseder-une-voiture-en-hiver-et-au-quebec-comment-attaquer-lhiver-du-bon-pneu/

38/ Le déneigement / Un travail de Titans ! / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-203-le-dneigement-un-travail-de-titans/

39/ Comment rater son entrevue : Le guide parfait… / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-220-comment-rater-son-entrevue-le-guide-parfait/

40/ Une des Phobies de l'immigrant... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-224-une-des-phobies-de-limmigrant/

41/ Cartes de crédit et parfois de… discrédit. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-237-cartes-de-crdit-et-parfois-de-discrdit/

42/ Un bout de vie avec vous… / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-253-un-bout-de-vie-avec-vous/

43/ Un écureuil et un joggeur font- ils le printemps ? / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-256-un-ecureuil-et-un-joggeur-font-ils-le-printemps/

44/ 1/ Déménagement intra- muros ## 2/ Immigration : et si c'était à refaire? / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-267-1-demenagement-intra-muros-2-immigration-et-si-cetait-a-refaire/

45/ Canada / Retrait de la pièce de un cent / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-269-canada-retrait-de-la-piece-de-un-cent/

46/ Le gros rempart : l'expérience Québécoise. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-270-le-gros-rempart-lexperience-quebecoise/

47/ Je me souviens... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-285-je-me-souviens/

48/ Un an et demi plus tard, nous commençons enfin notre intégration, la vraie... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-293-un-an-et-demi-plus-tard-nous-commencons-enfin-notre-integration-la-vraie/

49/ Les immigrants du Dimanche / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-297-les-immigrants-du-dimanche/

50/ Une parenthèse... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-303-une-parenthese/

51/ À chacun son voile. / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-315-a-chacun-son-voile/

52/ Quiproquos... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-334-quiproquos/

53/ 2011/ 2013 : Deux ans déjà... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-335-2011-2013-deux-ans-deja/

54/ L'automne et ses couleurs chatoyantes / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-336-lautomne-et-ses-couleurs-chatoyantes/

55/ Fais-toi s'en pas... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-341-fais-toi-sen-pas/

56/ Immigration à risques / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-347-immigration-a-risques/

57/ L' Aïd au travail... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-352-l-aid-au-travail/

58/ Séparer le bon grain de l'ivraie / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-356-separer-le-bon-grain-de-livraie/

59/ Fin 2013 / Mon premier ( sérieux ) coup de blues... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-373-fin-2013-mon-premier-serieux-coup-de-blues/

60/ Angles de vue... de l'intox à l'INTOX / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-374-angles-de-vue-de-lintox-a-lintox/

61/ Une question de civisme... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-375-une-question-de-civisme/

62/ Une histoire de distances et d'allers-retours / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-378-une-histoire-de-distances-et-dallers-retours/

63/ Un petit dernier... Un au-revoir.../ http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-380-un-petit-dernier-un-au-revoir/

64/ Bientôt trois ans / Pari osé, pari payant / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-407-bientot-trois-ans/

65/ Le GPS / Une insulte à son intelligence / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-408-le-gps-une-insulte-a-son-intelligence/

66/ L'immigré / Moi au Québec, ma petite famille au pays.../ http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-416-bonjour-merci-au-revoir/

67/ Au Québec, on travaille en français...enfin presque... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-422-au-quebec-on-travaille-en-francais/

68 / Bastonades au Hockey / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-430-bastonades-au-hockey/

69 / Bilan après 4 ans / Une parodie d'aller-retour... / http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-478-bilan-apres-4-ansun-allerretour/

futurquébecois

Et d'humanité...

Il y a certaines manières, certaines habitudes, qu'il est bon d'avoir.

Envers soi et envers les autres.

La notion de bonté diffère t-elle selon les latitudes ?

N'est-il pas publiquement autorisé d'être correct, selon les lieux ?

Qu'on ne vous tienne pas la porte au métro, passe encore.

On s'y fait, et on finit par faire de même...

Qu'on vous croise et qu'on ne vous dise pas bonjour,

Sauf si vous êtes le premier à le faire,

On s'y fait, et on finit par faire de même...

Mais qu'une dame, d'un certain âge, s'affale sur le sol, en glissant sur le trottoir transformé en patinoire en ces jours de pluie verglaçante, qu'elle ait du mal à se relever et que les gens continuent à passer, dans l'indifférence...

Je suis désolé, mais là on ne s'y fera jamais.

Un futurquébécois.

glissade-trottoir-chute1.jpg

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Intro

Ce matin, un vent glacial soufflait sur Montréal.

En entrant au bureau, un collègue Québécois, voyant mes oreilles rougies, me dit, le sourire aux lèvres : '' elles ne se sont pas cassées sous l'effet du froid ? ".

Cela me fit aussi rire, car cette remarque n'était que la loufoque réplique à une histoire non moins rigolotte que je lui avais narrée, et dont je vous reprends ici un extrait figurant sur un des premiers billets de ce blog :

" Le climat, quant à lui si redouté, n’est pour l’instant pas si rébarbatif, si agressif que ce que nos prédécesseurs nous racontaient ou nous laissaient passivement croire...

Il faut avouer que certains récits, exagérés, étaient assez effrayants et nous laissaient de ... glace !

Je me souviens de l’un d’eux où l’on nous racontait, d'un air on ne peut plus sérieux, que par – 30 °C, un individu s’était ( courageusement ou follement...) aventuré à se rendre, à pied, au métro situé à quelques centaines de mètres de chez lui, et qu’une fois arrivé, ne sentant plus ses oreilles glacées, celles-ci se cassèrent telles les appendices d’une statue de grès, lorsqu’il osa les toucher de ses mains !

Une autre histoire faisait état d'une personne qui, en ouvrant la fenêtre de son salon, a vu sa main instantanément gelée sous l'effet de l'important gradient de température et qu'il ne fallait en aucun cas essayer de redresser les doigts recroquevillés, sinon… crac et bonjour les bobos ! "

Et sur ce thème et en ce temps, ma conclusion ( restant aujourd'hui inchangée ) :

" De la pure fiction ?

Il n’en est, finalement et fort heureusement, rien !

La température est certes quelquefois basse, mais elle est étrangement (… ) supportable .

Les vêtements locaux sont tout à fait adaptés pour la circonstance et il faudra juste prendre le délicat soin de se couvrir les extrémités. Gants ( ou mitaines ) , tuques et écharpes feront l’affaire et vous seront donc vivement conseillés.

Les apparterments étant pour la plupart parfaitement isolés, il nous arrive souvent de ne faire fonctionner qu’un seul élément de chauffage alors que la température extérieure atteint parfois, la nuit, les – 26 degrés Celsius!

Tout compte fait, il n'y a pas de gros soucis à se faire de ce côté. C'est vivable... "

Vif du sujet

Un récent reportage d'un média lourd français m'a quelque peu fait sursauter.

Non pas par le fait qu'il soulignait le climat rude du Québec, sur ce point je crois que nul n'en doutera.

Mais plutôt par le fait qu'il l'ait amplifié, tant en durée qu'en ardeur.

Se rapportant au Québec, des citations telles :

" Cette région recouverte de neige huit mois de l'année, elle ne compte que deux saisons : l'hiver et le mois de juillet, il tombe en moyenne 4 mètres de neige par an que les citoyens doivent déblayer, dans cette région rien ne résiste aux courants d'air froid venant du nord,etc... "

dénotent soit d'une méconnaissance de cette région du globe, soit d'une recherche de sensationnel.

Ce site de Climat Québec ( http://www.climat-quebec.qc.ca/home.php?id=norm_ext_ms&mpn=stats ), par exemple, révèle le peu de zones au Québec où les précipitations de neige excèdent les 220 cm, alors qu'elles sont '' en moyenne ' inférieures à 171 cm ( couleur bleue foncée ) ailleurs , ce qui correspond plus ou moins à la réalité des 5 tempêtes de neige saisonnières, additionnées des autres averses de neige, que nous connaissons.

Alors,

Ce genre de (dés) information venant de l'homme de la rue, passe encore.

Mais qu'elle soit le fruit d'un travail journalistique documenté ...

3jrjnj3e.jpg

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Ben oui, le pays est très beau,

cette fin d'année est ici merveilleuse...

Ma petite famille m'entoure,

Nous sommes ( Dieu merci ) tous en santé,

Et je suis actuellement en vacances...

Alors, que demander de plus ?

Quoi de plus ?

L' être humain est ainsi fait,

Un éternel insatisfait ?

Venant de loin, des remous...

Un pays prend lentement la place d'un autre.

" Je serai là dès que je le pourrai

Mais je suis occupé à recoller les morceaux

de ma précédente vie ''

Cela semble un peu correspondre,

à ce que je vis, à ce que je ressens aujourd'hui.

http://www.4shared.com/audio/Ep--Pate/Muse_-_Unintended.html

À celui qui sait.

ischia+5.jpg

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Juste en passant...

Une connaissance est arrivée au Québec, ​accompagnée de sa conjointe et de ses deux filles, au mois de mars 2013.

Ils ont entamé leur processus d'immigration il y a un peu plus de trois ans.

Une longue attente, un parcours mi figue-mi raisin, où leur motivation a fait les frais du temps passant.

Reçus par un de leurs amis, qu'ils avaient antérieurement chargé de prospecter pour trouver un appartement à louer, Ils se retrouvent ainsi du coté de Saint-Yacinthe.

L'endroit leur plait, et ils décident de s'y installer.

C'est généralement ce qui arrive : on évolue, on s'habitue, et on finit par s'installer pas trop loin de son point de chute, de sa première bulle de confort en cette terre étrangère.

D'où l'importance du premier pas...

En passant, je dirai toujours que la ville de Montréal offre d'énormes opportunités aux nouveaux arrivants, tant des points de vue études, travail, et mobilité, facilitée par un réseau de transport en commun performant.

C'est le tremplin...

Un avis qui peut ne pas être partagé, j'en conviens.

Un avis que j'avais donné à nos amis.

Revenons donc à eux...

L'appartement leur ayant été réservé ne leur convenant pas, ils ne signent pas le bail.

L'exiguité faisant, leur hôte, frustré et en colère, les somme donc de quitter les lieux, deux jours après les avoir accueillis...

Les raisons ne nous regardent bien évidemment pas , et ne sont pas à imputer au Québec, ni à son gouvernement, vous en conviendrez.

Ils entament leur immigration du mauvais pied...

Face à cette situation inattendue, ils louent alors au prix fort, temporairement, un appartement, n'ayant pas de latitude pour négocier.

Mars étant un mois frisquet, il faut s'abriter, coûte que coûte, vaille que vaille...

Mal entourés, mal conseillés, ils abordent ensuite leur intégration sous un angle biaisé.

Ils considèrent, d'après les conclusions récoltées dans leur entourage immédiat, qu'ils ne devront " leur salut et leur survie" au Québec, qu' au raccolage alimentaire auprès de diverses associations communautaires, qu' à la perception de leur aide sociale, et qu'au bouclage de fins de mois générés par le grignotage de petites besognes, venant en complément de leur BS.

Tout un projet...

Ils prennent des risques, s'installent dans l'instabilité, malgré les conseils de certaines autres personnes positives et avisées, qu'ils semblent cependant ne pas prendre très au sérieux...

L'esprit défaitiste l'emporte.

Ils voient et vivent leur immigration par les bas.

Ce choix les concerne, bien évidemment...

B.I ( je ne citerai volontairement pas son nom, mon objectif n'étant pas de dénigrer, mais de souligner un cas, qui n'est malheureusement pas unique ) ne fait ni l'effort de retourner aux études, ni celui de tenter des entrevues pour d'éventuels emplois qui, on ne sait jamais, pourraient être concluantes et à la hauteur de ses aspirations.

Mais a t-il réellement des aspirations ?

Cette interrogation me venait à l'issue des quelques échanges que nous avons eu...

Quatre mois plus tard,

Il n'en peut plus de se voir au social, lui qui avait un statut d'homme d'affaire au pays.

Il ne peut et ne fait rien pour relever le défi, celui de devoir abandonner un statut et devoir encore faire ses

preuves, s'imposer de nouveau.

L'immigration se bâtit plus sur le présent, que sur le passé, aussi glorieux puisse t-il être.

Un immigrant averti doit le savoir.

Le choc de la réalité, de ce pays où l'on juge ce que l'on fait plus que ce que l'on est, a eu raison des bribes de

motivation restantes.

Il est finalement reparti.

Je reçois hier un courriel d'un ami me disant :

'' Tu sais, B.I. est revenu. Il dit que c'est pas bien au Québec..."

Cet échec est personnel...

Très facile de soigner son image. en imputant son échec au pays hôte.

La démarche est trop facile, ingrate et à la limite malhonnête.

Le Québec n'y est pour rien.

La motivation, nous la trouvons autour, mais surtout en nous.

Un conseil aux futurs et nouveaux immigrants : entourez-vous de gens positifs !

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

.

Long week-end passé, action de grâces obligeant...

Le lever du matin a été un peu plus pénible,

Au boulot dès 7h 30, nous traitons les dossiers en instance.

Bon matin,

Un courriel assez sympa, en interne.

Le directeur technique organise une petite vente,

pour financer un match de soccer,

le plus grand de ses enfants devant participer à une compétition,

un déplacement aux USA.

Une secrétaire se charge de passer dans les bureaux, avec l`objet

de la vente, une bouteille de vin à 18 dollars l'unité.

Mon tour arrivant, je la remercie gentiment,

" Tu ne sais pas ce que tu rates ! " .

" Non, je le sais " répondis-je avec le sourire.

Il faut dire qu`une bonne ambiance régne, que le respect est de mise.

Je suis la seule personne d' origine musulmane exerçant dans cette société, en tout cas au niveau des bureaux.

Le mois de Ramadan passé, en me voyant ne pas dîner, deux de mes collègues, Québécois, se sont alors sentis génés de manger devant moi, lorsqu' ils apprirent que je jeûnais.

Leur malaise était palpable, et me mit plus mal à l'aise qu`eux...

`La pire des choses que vous pourriez faire, ce serait de changer vos habitudes pour moi, leur dis-je d`un trait '

Ceci nous permit de passer un mois sans pincettes, sans dentelle, les choses étant claires...

Dans le respect des différences.

Nous revoici donc en ce matin du mardi 15 octobre 2013.

Je viens de refuser cette offrande.

Je vaque à mes fonctions.

Mes enfants sont tous deux à l`école.

Ma conjointe est à son travail.

16 heures tapantes, je ferme mes dossiers, et quitte le bureau.

Un crochet par la garderie, et nous voilà chez nous, environ 30 minutes plus tard.

Ma fille de neuf ans nous embrasse, puis :

" Vous savez, aujourd`hui, Camélia et Linda étaient absentes. Ma cousine aussi n`est pas venue à l`école ! La maîtresse nous a dit qu`elle savait pourquoi... " .

Ma fille le savait aussi,

Nous nous accommodons aux exigences de cette immigration.

Nous venons de souhaiter une joyeuse '' Action de grâce(s) '' à nos connaissances.

Bonne fête de l`Aïd à tous les musulmans :flowers:

aid1ku3.gif

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Immigration : vient du latin migratio, qui signifie : " passage d'un lieu à l'autre " [ http://fr.wikipedia.org/wiki/Immigration ]

Immigration clandestine : je dirais : " passage d'un lieu à l'autre , illégalement, lorsqu'on y arrive... "

clandestini-barcone-04.jpg

Des barques,

de passagers, de clandestins, bourrées.

Des boat-people,

Qui pour fuir l'insécurité, qui pour fuir la malvie d'un lourd quotidien.

Femmes, hommes, parfois bébés,

dans des embarcations de fortune, agglutinés,

Bravant le froid, la peur,

pour une traversée hypothétique, au final parfois tragique.

Avec comme seul projet pour rester,

de déchirer leurs papiers, s'il y a arrivée...

Les économies d'une vie, en sus versées,

à des passeurs sans scrupules, abusant de cette vulnérabilité.

Le prix de ses ambitions, de ses rêves,

de la liberté,

À combien cela s'élève t-il ?

Leurs rêves,

Les vivre, ou plutôt mourir...

Une démarche de désespoir,

avec seul espoir d'atteindre l'autre rive.

Ou de toucher le fond,

Un autre fond...

" Atroce incertitude pour ces parents,

qui ont laché la main de leur fillette de deux ans,

lorsque le bateau a chaviré..."

Une démarche de désespoir,

Une immigration à hauts risques.

Heureux ceux qui ne l'ont pas connue.

d480563fbd.jpg

3195313_e70f24ee7b7a39a61ec26b651d729c5fd2f006e5_640x280.jpg

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

L'immigration, c'est un peu fait de tout ça...

Si en arrivant, tu n'as aucun repère,

que tu te perdes à deux rues de ton nouveau '' chez toi ",

Fais-toi s'en pas...

Si tu dois tout reprendre au plancher,

Que tu t'y étais préparé, mais que cela te semble plus compliqué en réalité,

Fais-toi s'en pas...

Si en regardant tout autour de toi, tu vois des gens s'afférant,

et que toi tu sois '' le nouveau " en recherche d'emploi, déambulant,

te cherchant,

Fais-toi s'en pas...

Si tu te demandes alors comment tu feras,

Que dans tes doutes tu ne sais pas si tu as fais le bon choix,

Saches que ça passera...

Si on te dit, au milieu de tes errements, que tu n'as pas de références,

Alors que tu as de lourds bagages avec toi,

Ne doute pas...

Si on t'explique que ton intégration passe par un retour sur les bancs de l'école,

Alors que tu y as séjourné une bonne partie de ta vie,

et que, comble, tes enfants y sont peut-être déjà...

Ne baisse pas les bras,

Si avec tout ça, ton moral arrive parfois au plus bas,

Que tu souhaiterais la présence de tes parents, de tes amis,

de soutiens qui ne sont pas là,

Sois fort et crois,

Fermement...

Et si on te dit ' fais-toi en pas ' , et que tu ne comprends pas...

.

Ne t'en fais pas, tout ira, et tu comprendras,

.

Que c'est le temps qui va...

Laisser le temps au temps...

insouciance_by_psd38-d5mjidl.jpg

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

.

L'automne est au rendez-vous,

respectant le calendrier et la chronologie,

Les feuilles se colorent de jaune, orange, rouge,

tombent en dépouillant les arbres et parsèment parcs et sentiers.

Aux parfums floraux se mêlent

des odeurs de feux de bois,

pour former un mélange indescriptible,

qui vous prend, vous envoûte.

C'est beau, relaxant, unique...

Un aperçu, sans les parfums... :wink:

automne_2007_074.jpg

Vos images sont les bienvenues...

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

30 septembre 2011 - 30 septembre 2013

pas-%C3%A0-pas-peinture1.jpg

Intro

Deux ans déjà...

Que le temps passe vite !

Et que les choses évoluent, aussi...

Rien de tel pour nous le rappeler que l'arrivée de nouveaux immigrants.

Nous venons d'accueillir des amis et avons pris le soin de leur trouver un logement et de les accompagner dans

leurs premières démarches administratives.

Des discussions, de leurs interrogations, auxquelles nous tentons d'apporter des réponses pragmatiques et

réconfortantes ( pas par complaisance... ) , nous nous rappelons cette phase cruciale et sensible, et nous

rendons compte que nous avons beaucoup appris.

Nous nous efforçons de transmettre ces acquis du mieux que nous le pouvons.

De leurs hésitations, de leur crainte des lendemains, qui étaient aussi les nôtres en cette même période, nous

réalisons aujourd'hui ( car nous avions un peu oublié... ) , que nous avons aussi gagné en confiance.

Notre présence les réconforte, nous le sentons.

Nous les encourageons du mieux que nous le pouvons, en leur transmettant nos ondes positives, et leur

prodiguons les informations que nous jugeons les plus pertinentes concernant leur démarche d'intégration (

certaines nous ayant parfois fait défaut à notre arrivée, pour une raison ou pour une autre...) dont la plus

importante à nos yeux : " comment attaquer efficacement le marché du travail québécois ? " .

Le sujet est vaste, parfois complexe, mais il mérite d'être prioritairement abordé.

Nous ne détenons bien sûr pas la clé des voûtes, mais un apport aussi minime soit-il vaut mieux que des

dérobades...

Nous débattons des options se présentant, et nos amis ont ainsi les informations suffisantes, que nous leur

laissons analyser en toute quiétude.

Deux ans, au Québec, dans quelques jours...

Deux ans au Québec... et moi, et moi, et moi ?

Ben, c'est pas pire, comme dirait Pierre !

Nous faisons notre bonhomme de chemin, les yeux figés sur l'avenir.

Le baromètre d'intégration n'a lui, pas gelé...

Le boulot est plaisant, l'environnement agréable.

Je bénéficie, en sus, de formations externes créditées par l'OIQ, tout cela avec la bénédiction de mon directeur

technique.

La phase B se met donc en branle, lentement mais sûrement (...) . [ cf. billet : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-293-un-an-et-demi-plus-tard-nous-commencons-enfin-notre-integration-la-vraie/ ]

Ma conjointe, éducatrice, passe ses journées à encadrer une marmaille parfois envahissante.

Cela l'occupe, en plus de constituer une activité pécunière.

Ou l'inverse devrais-je dire... :smile:

Les enfants poursuivent leur scolarité, sans trop de soucis, avec même beaucoup de gaieté...

Bref,

Tout marine, serais-je encore tenté de dire !

Durera, durera pas ?

Je suis optimiste de nature :wink:

Tant qu'à faire...

On en reparlera tout de même dans un an,

Si dieu nous prête vie, d'ici là ...

Et en attendant,

Fotolia_9747351_S.jpg

:bye:

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Quiproquos...

Un peu d'humour...

Les expressions québécoises sont parfois déroutantes...

- Bonjour, ça va ?

- Pas pire, et toi ?

- Ben ouais, ça peut aller.

- T’as vu Robert ?

- Oui, tantôt, à la cafétéria.

- Oh, moi étou, avec son cabaret.

- Non, pas au cabaret !

- Oh si, rouge je l’ai vu !

- Euh…

- Robert est écoeurant, tsé !

- Non, je le trouve cool !

- Ben ouais, c’est ben c’que j’dis !

- ???

- Tsé, au travail, il est vite !

- Il évite qui ?

- Ben il est vite, plus que tout le monde !

- Euh…

- Tsé, des fois il est tannant !

- Ouais, il en dit trop ?

- Non, pantoute ! il se tait trop !

- Mouais…

- Il a changé en masse ! Depuis qu’il vit accoté, il est bien plus gai

- Ah, il vit pas loin de chez toi ?

- Non, il vit accoté, avec son chum !

- Ah, je comprends pourquoi tu dis qu’il est plus gay !

- C'est bon, t'as allumé ?

- ????

_________________________________________________________

Quelques expressions québécoises : http://www.aventuresnouvellefrance.com/blog/expression-quebecoise-definition

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

Rome-regards-1.jpg

Intro

La société d’accueil voudrait d’une intégration maximale des immigrants, qu’ils se fondent volontairement dans la masse,

ce qui est tout à fait compréhensible et souhaitable si l'on veut une cohabitation harmonieuse.

Et si ce n’est pas le cas, cela se fera sous l’effet de lois encadrant la vie quotidienne de l’ensemble de la société.

Faut-il alors qu’ils s’adaptent ou qu’ils se renient ?

Deux limites séparées par un très court écart, mais aux implications importantes.

Chassez le naturel, il revient au galop.

À chacun son voile…

A.M : Elle est ingénieure, vient de Damas et est installée à Montréal depuis près de deux ans.

J'ai eu, durant mes études au Québec, le privilège de côtoyer un moment cette dame.

Forte de ses connaissances et de plus de quinze années d'expérience professionnelle dans son pays en tant que

gérante de projets dans le domaine de l'urbanisme, elle a survolé cette formation qui somme toute était techniquement

une formalité, mais dans le fond incontournable pour pouvoir accéder efficacement au marché du travail local.

Durant certains travaux communs, il lui arrivait souvent de rester silencieuse et à mes interrogations, ses yeux

cernés se remplissaient de larmes et elle éclatait en sanglots.

" Hier, le fils d'une de mes amies, restée à Damas, a été enlevé par on ne sait qui. Elle n'a plus de nouvelles de lui

depuis. Ce qui se passe là- bas est terrible, j'ai peur pour mes parents, mes amis. Je n'en ai pas dormi de la nuit. Je suis

là aujourd'hui, en cours c'est vrai. Je feins d'être bien, mais je suis dévastée. Je voudrais tant être à leur côté pour les

soutenir, mais tu sais que ce n'est pas la solution. Eux me disent que je suis sauvée, que je suis au Canada avec mon

mari et mes enfants, et que dieu merci, j'ai fais le bon choix. Ils ne voulaient pas que je parte, mais sont très heureux

aujourd’hui que je ne sois plus là -bas avec eux ".

Ces yeux cernés et rougis, je les ai vu à maintes reprises durant les quelques mois que nous avons passés ensemble.

E.M : Elle est aussi ingénieure, et vient du Caire.

Elle est quasi-quotidiennement à l’écoute de l’évolution de la situation dans son pays.

Les évènements qui secouent l’Egypte l’inquiètent au plus haut point. Elle est certes aujourd’hui résidente permanente au

Québec, mais son passé, sa famille, ses amis, sont restés au pays.

Il serait inhumain de lui demander de tout oublier, tout comme il serait inhumain de lui demander de repartir, raccourci

que trouveraient certains radicaux à la réflexion courte, la voyant très souvent concentrée sur ce qui s’y passe.

Il serait tout à fait juste de lui demander de s’intégrer, et elle le réussi très bien malgré les embûches.

Mais il serait aussi assez juste d’essayer de comprendre ce qu’elle vit.

Ces personnes sont aujourd’hui toutes deux en emploi.

Elles ont relevé le défi, ont passé , contre vents et marées, tous leurs examens et les entrevues d'embauche qui s'en sont

suivies, et je parierais fort que leurs interlocuteurs et examinateurs ignoraient leur profonde détresse, éclipsée par leur

remarquable courage.

Elles contribuent aujourd’hui à faire, en y apportant leur pierre, les beaux jours des entreprises Québécoises dans

lesquelles elles évoluent.

Elles ont surmonté l’impossible pour s’intégrer.

J’oubliais…

Ces personnes portent toutes deux le voile.

L’intégration ne se limite pas qu’aux signes extérieurs...

On peut le comprendre ou non.

À chacun son voile...

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/

futurquébecois

J'ai beau chercher, mais je ne trouve pas grand chose à dire.

Parler du beau temps ?

Parler du Ramadan qui débute demain ?

Parler pour parler ?

Rien qui puisse intéresser qui que ce soit pour l'instant, encore moins le futur immigrant en quête d'information pertinente liée à son projet de départ.

Quand on a rien à dire, mieux vaut s'abstenir.

Mes excuses pour cette parenthèse, je reviendrai lorsque l'inspiration sera bien présente.

Bonnes vacances. :flowers:

Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/