• Annonces

futurquébecois

Habitués
  • Compteur de contenus

    3318
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    48

futurquébecois a gagné pour la dernière fois le 28 septembre 2014

futurquébecois a eu le contenu le plus aimé !

À propos de futurquébecois

  • Rang
    Chroniqueur Immigrer.com

Informations du profil

  • Genre
    Homme
  • Statut
    installé depuis + 5 ans
  • Date d'arrivée
    30-09-2011
  • Profession
    Docteur ès sciences appliquées
  • Préoccupation
    Live and let die / Die and let live, when necessary...
  • Pays d'origine
    Algerie / Belgique
  • Pays de résidence
    Canada

Pour me contacter

  • Site web
    http://www.forum.immigrer.com/blog/2-futurquebecois-blog/
  • ICQ
    //

Visiteurs récents du profil

23184 visualisations du profil
  1. Non, l'extrapolation ne tient pas la route...tu es dans la supposition...Tandis que la réalité, actuelle, est : un immigrant diplômé en ingénierie est un ' moins que rien ', pour reprendre ton expression. Ne nous dispersons pas... Aussi... il est très difficile de faire l'unanimité sur un sujet, à partir du moment où on est plus de trois personne... que dire sur un forum de discussion fort achalandé ? Et laissons au gouvernement le soin de prendre en compte les revendications de ses citoyens...
  2. Titulaire d.un DEC...je comprends tes appréhensions devant l'arrivée de milliers d'immigrants, triés sur le volet, diplômés en ingénierie... CQFD. Tous les moyens sont donc bons pour casser ' du chinois' comme tu le fais...Il ne faudrait surtout pas que ça change, il ne faudrait pas que leurs diplômes soient reconnus, hein ? ;-)
  3. Nulle utilité de dialoguer avec toi, je me limiterai à ce dernier commentaire : ...à voir tes posts sur ce forum, la condescendance dont tu fais preuve vis à vis de certaines nationalités que tu cites pour étayer tes légers propos (attitude agressive à la limite de la moquerie pour nos amis Somaliens, pour ne citer que ceux-ci...) sur le sujet, ton idée est bien figée sur le sujet. Aussi, pour ta gouverne, la discrimination systémique existe bien et est reconnue au plus au palier du gouvernement... je t'invite à plus de lecture, ça instruit à défaut d'assagir...Dans ton cas, il ne s'agit donc pas de contradiction, mais de reniement de tout ce qui pourrait porter atteinte à tes acquis, je suppose de DEP... à bon entendeur, salut !
  4. Au lieu de conclusions promptes et non réfléchies, je t'invite à lire l'ensemble des billets pour comprendre qu'il n'est nul part question d'échec... il est question de hiérarchisation de la notion de citoyen, et de la déception l'accompagnant.. et puis, cette non reconnaissance des diplômes est-elle une fatalité, une donnée scellée non négociable et non évolutive ? Le gouvernement penche sur ce point et va travailler à la niveler, car jugée discriminatoire. Un aveu de taille pour un gouvernement, non ? Alors, que la populace ne l'admette pas, car conservatrice et soucieuse de protéger ses emplois devant cette déferlante de talents venus d'ailleurs, ça ne m'émeut et ne m'étonne point...En tant que citoyen Canadien, je continuerai à dénoncer cette inégalité, cette injustice, contre vents et marées...
  5. Plus qu'une statistique...Un citoyen à part entière... 

  6. Ce billet vient en suite de : Citoyens de seconde zone... Ce récit avait suscité des interrogations chez certains, qui y voyaient l'aveu, comme pudique, d'un échec personnel... Une déclaration, profonde et forte pourtant, mais nécessairement narrée enrobée dans de l'étoffe. On ne froisse pas son hôte, surtout lorsqu'on s'invite soi-même... Certains ont extrapolé ; à tort je puis le dire, en pointant un probable manque d'efforts d'intégration. Il n'en n'est absolument rien. Ce qui était décrit dans mon récit allait bien au delà de ces superficialités... Un tabou, suggéré, expliqué en termes clairs, imagé au besoin. Il me semblait qu'il aurait été limpide, pour le lecteur, que ce qui était dénoncé, et qui constituait la principale source de notre profonde déception et de notre revirement, était bien le racisme Systémique. Cette discrimination pratiquée en haut lieu ne peut générer que de néfastes conséquences en aval....Dans ses ramifications, elle n'en sera que la descendance, légitime et légitimisée... Les langues se délient et les esprits s'ouvrent aujourd'hui... Ils aura fallut ces tristes évènements. Loin de faire l'unanimité, cependant, la hiérarchisation trouvant son écho dans les noyaux conservateurs, La non reconnaissance des diplômes est bien la plus grande des discriminations, le plus grand mal fait à ces immigrants pour la plupart hautement diplômés. Si nos origines constituent un écueil à l'embauche, les plus perspicaces d'entre nous passeront, à force d'abnégation, ce premier rempart, mais buteront sur le suivant : la discrimination salariale due au fait de la non reconnaissance des diplômes. Cela ne sert aucune des parties... Un ingénieur, un médecin ou un doctorant chauffeur de Taxi contribuent-ils efficacement au développement du Canada ? N'y a t-il pas gâchis de tout ce potentiel, inadéquatement exploité ? Ne faut-il pas aller au delà de ce conservatisme ? Et puis, entendons nous bien : pouvons-nous réellement parler de parties ? On ne s'amuse pas à quitter un pays, une famille, des amis, une situation professionnelle établie, On ne s'amuse pas à partir pour des lendemains incertains, impliquant les personnes les plus chères dans l'aventure, On ne s'amuse pas à refaire sa vie... si l'on n'est pas convaincu que c'est le bon choix. La majorité de ces immigrants deviendront citoyens Canadiens. Message aux gouvernants : Ne leurs faites pas sentir qu'ils sont des citoyens Canadiens de seconde zone, des statistiques, des citoyens juste...économiques... Sommaire du blog : http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/
  7. Pour rappel, ce billet datant de novembre 2016 Certains ne comprenaient pas, concluant après analyse qu'il s'agissait peut-être d'un échec personnel, d'efforts d'intégration insuffisants... Non, non... ce n'était pas ce dont il était question dans ce sujet... il s'agissait bien d'une déception profonde devant une discrimination systémique et ramifiée...Les citoyens Canadiens que nous sommes devenus, ma petite famille et moi-même, comprennent qu'ils seront considérés comme des citoyens de seconde zone, et les idéologistes que nous sommes tombons alors de haut...Nous y avons cru, peut-être naïvement...le mur est là, et on en parle maintenant à demi-mots, après ces tragiques événements de Québec...
  8. 1/ L'apport des ordres professionnels peut-être vu comme bénéfique par certains clients, patients ou consommateurs. Des critiques pourraient aussi fuser, il est clair qu'on ne pourra jamais faire l'unanimité sur une idée, un concept quelconque. Ce qui soulève mon ire et mon indignation, est plus lié à l'accès à ces entités. Un médecin, un chirurgien ayant exercé durant plus de 20 ans dans son pays (combien même ce serait la Somalie, suivez mon regard...et bonjour Resterzen) aura sauvé des vies... Le corps humain, l'anatomie, les pathologies sont-elles si différentes entre le Canada et ces pays... sont-ce des extra-terrestres ? 2/ Pour répondre à ta question, qui est la suivante : " tu pointes à plusieurs reprise qu'un immigrant ne pourra pas prétendre aux même salaires qu'un québecois de souche mais tu dis également que tu as un bon salaire. salaire plus élevé que beaucoup de québecois sans en plus appartenir à ton ordre, je suis un peu mêlé. Peux-tu commenter? Réponse : Je crois que tu n'as pas compris que je parlais de compétences égales, de mêmes postes au sein d'une compagnie (et donc du principe d'égalité), car il est clair qu'exerçant dans un département d'ingénierie, mon salaire ne sera pas comparable à celui de bien d'autres domaines d'activité. je reprendrai quelques lignes de mes précédentes réponses : a / '' le billet décrit une déception d'ordre idéologique '' b/ '' Ma déception vient du fait que la non reconnaissance des diplômes fera de l'immigrant un être nécessairement discriminé sur le plan salarial, et pour le principe, à compétences égales, les salaires devront être égaux. Combien même dans l'absolu, le salaire pourrait être plus que convenable, dans la relativité cela reste et restera frustrant... pour celui qui croyait pouvoir pousser son intégration jusqu'à devenir l'égal de son hôte... S'il y a un rêve qui s'effondre, c'est bien celui-ci. ''
  9. Hahaha, Juetben m'avait bien prévenu que j'allais m'attirer les foudres des ultra-conservateurs de ce forum. Mais bon, c'est bien le dernier de mes soucis... Certaines vérités sont corrosives, j'en conviens. Certains silences le sont plus, autant que certaines contrevérités. Commençons donc par le commencement... @wapman... Je vous cite : '' J'ai l'impression que votre bilan est d'avantage celui d'un contexte personnel ''. Il est clairement dit dans mon texte que ce récit est le nôtre, et ne peut de ce fait constituer une généralité : '' ... Pour plusieurs raisons sur lesquelles je ne m’étalerai pas ici, laissant à chacun la latitude de se faire une idée du Québec, et conscient que notre analyse et nos conclusions ne pourraient en rien constituer une référence, nous avons décidé de ne pas pousser à l’extrême notre ancrage au Québec...." Faites donc, au delà d'une lecture succinte, l'analyse qu'il faut des textes, et ne sautez pas sur des conclusions trop hâtives, qui pourraient se révéler érronées. Aussi, l'idée que les ordres professionnels sont des "sectes" est partagée avec des amis Québécois...ayant de surcroît adhéré eux même à certains ordres professionnels. Je n'ai point l'honneur d'avoir associé ce qualificatif peu reluisant à ces entités... D'ailleurs, les rituels pratiqués lors des adhésions des 'juniors' ont tout des rituels pratiqués par certaines sectes archaïques : les anciens qui forment comme un couloir, et les nouveaux doivent évoluer en leur sein...en tenant en main un marteau, un enclume et une chainette... avant de prononcer l'engagement et de recevoir une bague (le fameux anneau de fer martelé ) marquant l'adhésion à l'ordre !!! Wow, je rêve, je rêve...on est en quel siècle ? Libre alors à vous de considérer ce rituel comme un rituel des temps modernes. @resterzen... Un autre qui va vite en besogne... Je vous cite ; '' Futurquébécois devrait plutôt se demander pourquoi lui a échoué là où d'autres immigrants au Québec ont réussit ... " Et aussi, un autre qui n'a pas compris le billet comme il le fallait... Vous parlez d'échec, alors que le billet décrit une déception d'ordre idéologique...nuance de taille pour qui sait la discerner...mais bon, à vouloir lire trop vite ou rebondir sans véritable analyse sur les commentaires des autres, on finit par passer à côté de l'essentiel. Il n'est à nul moment, dans mon texte, question d'échec sur le plan professionnel : j'en veux pour preuve que j'exerce actuellement dans le département d'ingénierie de ma société, y suis très bien quoté, ai eu 04 promotions en l'espace de 03 ans...et perçoit un salaire bien au-delà du salaire moyen des Québécois. Cela aurait suffit à beaucoup. Cela aurait été décrit comme une réussite par beaucoup. Je ne fais pas la fine bouche, on est comme on est et je mentionne bien dans mon texte, à qui veut le lire et le comprendre, que je suis idéologiste : '' ... Idéologiste de nature, n’ayant pas immigré au Québec pour des raisons économiques, mais plus par la recherche de valeurs et d’un mode de vie pour ma famille et moi-même, ma déception est grande...." Ma déception vient du fait que la non reconnaissance des diplômes fera de l'immigrant un être nécessairement discriminé sur le plan salarial, et pour le principe, à compétences égales, les salaires devront être égaux. Combien même dans l'absolu, le salaire pourrait être plus que convenable, dans la relativité cela reste et restera frustrant... pour celui qui croyait pouvoir pousser son intégration jusqu'à devenir l'égal de son hôte... S'il y a un rêve qui s'effondre, c'est bien celui-ci.
  10. Vous dites une chose et son contraire... Vous affirmez d'abord que mes propos négatifs seraient dus à ma personne et au fait que je n'aie, selon vous, pas fais d'efforts d'intégration ( pour vous citer, il s'agirait d'un manque ou d'une absence d'efforts d'intégration, hahaha, permettez moi d'en rire à gorge déployée)... Et vous dites par la suite, quelques lignes plus loin, que vous êtes (je corrigerais en disant que vous croyez être) dans le même cas que moi... Faudrait être cohérent, c'est important.
  11. Nuance...Le cheval se porte bien, c'est la piste qui fait défaut... je crois que le texte est assez explicite, il s'agit d'un constat portant sur la relation société d'accueil-immigrant.
  12. T'auras pas eu si tort que ça de miser sur moi... Je ne lâche pas prise, je vis mon quotidien, exerce actuellement en ingénierie...pourtant sans ce fameux sceau ( je n'ai pas adhéré à la secte...ne pouvant y investir mon temps et jugeant inadéquat de le faire )... d'autres immigrants n'auront pas eu cette opportunité...les entrepôt Montréalais en savent quelque chose... j'en connais des masses, et me permet par ce billet de m'en faire le porte parole, car beaucoup subissent et se taisent, n'ayant pour certains pas accès à ce vecteur d'expression, pour d'autre trop d'humilité pour l'avouer...il y a donc une réalité décevante pour l'idéologiste que je suis... Je la découvre au fil du temps et je crie ici ma déception... Un immigrant, tant bien même serait-il devenu citoyen Canadien, sera toujours considéré comme Québécois de seconde zone... J'ai eu la faiblesse, la naïveté ou l'ignorance de croire que ce n'aurait pas été le cas... Ou plutôt non, j'ai tellement idéalisé le Canada et le Québec que j'aurais vraiment cru que l'on pouvait y parler d'égalité...ailleurs que dans les textes... La non reconnaissance des diplômes obtenus à l'étranger, hormis pour ceux obtenus dans les quelques pays ayant ratifié les accords de Washington, est à la base discriminatoire. D'essence politique et non basée sur une évaluation des compétences ( sinon pourquoi remettre des évaluations comparatives...qui ne mènent en fait pas à grand chose sinon donner une idée aux employeurs du niveau d'instruction des postulants immigrants ) elle limite de facto l'intégration de l'immigrant. Voilà le message transmis par ce billet. Alors, pour répondre à ta question ; " Qu'est-il arrivé à celui qui y croyait le plus parmi les plus ? " ... il est arrivé que j'ai cru à une utopie, que l'immigrant pourrait devenir un jour l'égal de son hôte... et qu'avec le temps, j'ai découvert que ce n'était qu'un rêve. Il s'est donc effondré.
  13. Toute réalité doit être dite. Même si l'écueil de la discrimination à l'emploi peut-être bravé à force de détermination, restera la discrimination salariale liée à la non reconnaissance de diplômes. Combien même elle pourrait-être minime, elle existe et est source de frustration pour celui qui pensait se fondre dans la société...