• Annonces

Patty

Habitués
  • Compteur de contenus

    101
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Patty

  • Rang
    courriel non valide

Informations du profil

  • Genre
    Famille
  • Statut
    installé depuis + 1 an
  • Date d'arrivée
    05-06-2015
  • Profession
    Secrétaire
  • Pays d'origine
    Belgique
  • Pays de résidence
    Canada

Visiteurs récents du profil

2596 visualisations du profil
  1. Ah bon ! Vraiment ?
  2. Et ici à Bathurst, il neige, il neige et il neige ......
  3. Pour l'avoir bien senti, nous l'avons bien senti :-) Les écoles étaient fermées à cause du froid. Il y a énormément de neige qui est tombée ces derniers jours. C'est sûr, notre noël sera blanc. Quelques photos pour les amoureux de la neige.
  4. @Clématite je pense que c'est la date d'envoi qui importe et non la date de réception.
  5. Bonsoir Mme Patty

    Désolé de vous dérangez , je suis dans le processus d'immigration au nouveau brunswick , je prépare actuellement les deux dossiers PCNB et CIC ( la trousse) , après avoir reçu une lettre de Mr Mario, ma question est un peu pré-maturée ; j'ai un enfants ( 32 mois) , il a  un autisme léger d’après une pédopsychiatre, est ce que mon projet d’être un futur immigrant va voir la lumière ou bien après l'attente et le paiement des frais mon parcourt va être arrêté avant la brune.

    merci Madame

  6. J'ai trouvé assez rapidement du travail. L'ambiance de travail est géniale :-) Nous sommes installés à Bathurst.
  7. Et oui, déjà 1 an ….. 1 an seulement …. Le 05 juin 2015 nous nous envolions pour le Canada. Le 05 juin 2016, nous y sommes toujours aussi bien. 1 an que nous avons débarqué en terre inconnue. 1 an que nous découvrons (avec toujours autant de plaisir) notre nouveau chez nous. Nous avons passé notre premier hiver et nous y avons survécu. Les néophytes diront : «6 mois d’hiver avec 15 mètres de neige et -45°, faut être complètement dingue pour vivre là-bas!». Ah oui, c’est sûr!! Afin de ne pas sortir par ces températures glaciales, nous hibernons durant ces 6 mois dans un igloo (évidemment) en mangeant du caribou séché (forcément) le tout autour d’un feu au bois d’érable (assurément)! Blague à part! Oui, il y a de la neige mais rien d’insurmontable. Les routes sont dégagées (si c’est moi qui le dis, c’est que c’est vrai). Malgré la neige, tout le monde circule normalement en voiture (je ne vais pas travailler en chien traineau non plus). Lorsque l’on annonce des températures négatives, cela peut paraitre impressionnant mais je peux vous garantir qu’un -20° ici est nettement plus supportable qu’un -5°en Belgique. Question d’humidité. On a beau le répéter, certains restent sceptiques. Tant pis pour eux! Au Canada, il y a ce truc qui ne s’explique pas. Nous y sommes sentis à notre place dès le premier instant. Ces espaces et cette nature si imposants que l’on est obligé de les respecter. La nature est magnifique et parfois nous faisons de belles rencontres. Les enfants sont heureux, épanouis comme jamais. Voilà où nous en sommes après une année. Vous n’avez pas trouvé de remarques négatives? C’est normal, il y en a si peu! Nous sommes contents de nous, d’avoir réussi notre projet, que le Nouveau Brunswick soit bon pour nous et pour nos enfants. A ceux qui nous prenaient pour des fous de tout plaquer alors que nous avions tout, sachez que nous ne regrettons rien. De part cette immigration, nos enfants ont compris qu’il ne faut pas enfermer ses rêves dans une boite en n’osant jamais l’ouvrir. Qu’avec le courage et la volonté, nous pouvons aller de part le monde.
  8. Et oui :-)
  9. Nous avons 2 langues officielles en Belgique, et nous avons tout fait pour que nos enfants soient bilingues. Faire la même chose ici était pour nous une évidence. À savoir, mes enfants allaient à l'école en néerlandais et nous leur parlions en français à la maison. Ce qui fait qu'ils parlent très très bien le français mais que niveau écriture (orthographe, grammaire, ....), c'est un peu plus compliqué. Chez nous aussi, c'était la discussion qui divisait les troupes! Lorsque l'on discutait de les mettre en anglais, les enfants paniquaient, cela leur faisait peur (je comprends!). Et puis, en arrivant, nous avons visité des écoles. Les filles ont directement choisi d'aller en anglais par contre mon fils a un peu plus hésité. Les premiers jours se sont bien déroulés. Ma plus grande est celle qui a eu le plus difficile (malgré le fait qu'elle avait déjà de bonnes bases en anglais) car elle parle tout le temps et très vite. De ce fait, elle était frustrée de ne pas pouvoir garder sa vitesse de bavardage. Je vous rassure, cela a duré 3 jours et maintenant, elle parle vite .... dans 3 langues aarrrgghhhh .... Les gens, les enseignants et les élèves ne sont pas moqueurs, ce qui aide pas mal. Le corps enseignant, pour les 3 écoles, a tenu compte du fait qu'ils ne parlaient pas ou pas très bien anglais, et n'a pas hésité à faire des ajustements pour eux. Au début de l'année, pour un test ou un examen, ils pouvaient choisir de le passer soit par écrit soit en oral. Ils choisissaient oral, c'était plus facile pour eux :-)
  10. Hello, hello, Oui, Patty est au NB depuis bientôt un an et toujours aussi heureuse d'y être :-) Nous sommes arrivés au mois de juin 2015 et en septembre j'ai commencé à travailler. Les enfants vont à l'école en anglais et tout se passe très bien pour eux. Ils sont très bien suivis et très bien encadrés. Tout n'est pas positif (ce n'est pas le pays de la guimauve non plus!) mais, en ce qui nous concerne, nous avons su trouver notre juste milieu et cela nous convient.
  11. Vous avez aussi Bagages du Monde qui s'occupe du transport d'animaux. http://www.bagagesdumonde.com/fr/transport-animaux-vivants/transport-animaux-a-l-international Peut-être comparer les prix?
  12. Je comprends ton stress MachatPachat. Mon mari s'occupait des 8 valises et moi je trépignais plus loin afin de récupérer mon chat (qui soit dit en passant, ne semblait pas très inquiet). Effectivement, cela a peut-être changé et que maintenant ils font ainsi afin de dégorger les bureaux de l'immigration.
  13. Je suis assez surprise car nous avons été chercher nos valises et le chat avant de passer à l'immigration. Et toutes les autres personnes présentes à l'immigration avaient également leurs valises et leur animal si ils en avaient un. Je ne vois pas pourquoi vous ne pourriez pas les prendre avant. À la sortie d'avion, vous passez la douane où il est noté un numéro sur le visa rempli dans l'avion, vous allez chercher vos valises et lorsque vous montrez le visa aux agent postés près de la sortie, ils vous disent d'aller vous allez sur la gauche à l'immigration, avec vos valises. Il n'y a pas eu de contrôle veto. L'agent à l'immigration à juste regardé si il était bien vacciné contre la rage.
  14. Pour les anxieux, les déprimés, les nonchalants, les révoltés mais aussi pour les joyeux, les confiants, les empressés, enfin bref pour tous les «attendeux» de la brune : courage car, personnellement, je trouve que cela en vaut vraiment la peine J Nos 3 enfants vont dans une école anglophone. Ils sont très bien intégrés et très bien suivis. Comme l’a souligné Calibelge, l’enseignement est plus axé sur le bien-être de l’enfant. Nettement moins de stress comparé à nos écoles belges où il était constamment demandé aux enfants d’être performants dans tout... Les enfants sont contents d’aller à l’école et le disent. Une grande première pour nous. Que du positif! Nous sommes arrivés au mois de juin et après avoir profité des vacances avec les enfants, j’ai commencé à travailler (grâce à un système de placement) mi-septembre dans mon domaine. Suite à ce placement de 6 semaines, j’ai été engagée. Le travail me plaît, il est situé à 10 minutes de chez moi, le salaire est plus que correct et l’ambiance de travail est très sereine. Que du positif! Question nourriture : même si le choix est un peu moindre, il reste quand même conséquent. J’ai appris à faire un peu plus de «Home Made» pour le plus grand bonheur des enfants. Le plus dur pour moi au niveau de la nourriture est le pain! Je rêve d’une bonne baguette bien croquante à souhait! Mais bon, je survis très bien sans ;-) Tous les 2 mois +/-, nous allons à Moncton pour faire un peu de Shopping, renflouer notre garde manger au Costco et visiter ce coin de la province. C’est bizarre comme sentiment mais je n’ai pas l’impression d’avoir immigré. C’est comme si j’avais toujours vécu ici. Tout c’est passé en douceur, sans aucune mauvaise surprise. Il faut dire, qu’avant de partir, j’avais tout envisagé en «noir» : 1 an pour trouver du travail, 4 mois où il neige non stop, des gens que j’aurais du mal à comprendre et vice versa, etc… en me disant que si cela se déroulait ainsi, j’étais préparée au pire. Je n’ai rien idéalisé, j’ai rien vu en rose avant d’arriver. Vous l’aurez compris, nous sommes bien dans notre petite ville. Pour moi, Bathurst a les qualités de ses défauts et cela nous convient très bien. Chaque immigration, chaque famille, chaque attente est différente. Alors oui, une immigration se prépare longtemps à l’avance (même si parfois le facteur chance nous apporte de belles choses). Oui, il faut être préparé à ce que tout ne tourne pas rond du premier coup. Oui, il faut persévérer. Mais, surtout, il ne faut pas se perdre. Savoir jusqu’où on est prêt à aller, savoir jusqu’où l’autre est prêt à aller. Nous avons un seul regret : celui de ne pas avoir franchi le pas plus tôt!
  15. Tiens, tiens, cette histoire me dit quelque chose Félicitations et bientôt