Patty

Nouveau-Brunswick

15404 messages dans ce sujet

4 hours ago, celine.gov said:

Bizarre, bizarre .... en effet !!!!!! :lol::lol::lol:

 

Bizarre ?? J'ai eu l'occasion d'aller arpenter plusieurs magasins ANBL lors de nos (2 !) voyages exploratoires, et je peux vous affirmer que l'offre est assez pauvre en vins.... Beaucoup de Californiens, Chiliens, Argentins... italiens également, du très cheap au pas terrible. Les vins français sont très mal représentés en général, et très chers !

D'où la cave...!! Je fais mes emplettes chez Nicolas....

Les Bouilles aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 22/03/2017 à 09:55, Fred0NB a dit :


Félicitations, c'est prévu pour quand la petite balade ?

Envoyé de mon SM-G920F en utilisant application mobile Immigrer.com
 

Salut Fred & Marion_et_Xavier?

 

Vous êtes vous fixés sur les dates de la VE ?

Pour ma part j'"erre" toujours a cause de certains aléas, visa, congé, famille......

Au plaisir

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, PatouYaya a dit :

 

Bizarre ?? J'ai eu l'occasion d'aller arpenter plusieurs magasins ANBL lors de nos (2 !) voyages exploratoires, et je peux vous affirmer que l'offre est assez pauvre en vins.... Beaucoup de Californiens, Chiliens, Argentins... italiens également, du très cheap au pas terrible. Les vins français sont très mal représentés en général, et très chers !

D'où la cave...!! Je fais mes emplettes chez Nicolas....

Heuuu @PatouYaya .... c'était de l'humour 😊😉😊

 

En tout cas, tu as raison sur le fait que le vin français n'a pas vraiment sa place sous le soleil canadien ..... Quelle galère pour en trouver !!!

 

J'ai testé car je voulais en amener une bouteille à des amis qui m'avaient invitée à diner et de guerre lasse c'est un argentin que j'ai choisi !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bande d'assoiiiiiiifééés....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par immigrer.com
      Immigration : une erreur coûte un an de stress à une famille
      PUBLIÉ LE DIMANCHE 26 MARS 2017 À 9 H 38 | Mis à jour le 26 mars 2017 à 14 h 08 Aleksandra Bachvarova et Samuel Saintonge ont dû reprendre à zéro le processus d'immigration à cause d'une erreur administrative des autorités fédérales. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue Un couple à Moncton, au Nouveau-Brunswick, découvre à quel point il peut être difficile pour une personne d'immigrer au Canada lorsqu'une erreur est commise en cours de route.
      La route vers la résidence permanente aura été longue et ardue pour Aleksandra Bachvarova, qui est originaire de la Bulgarie. Son époux, Samuel Saintonge, et leurs deux enfants, Solange et Sophie, sont des citoyens canadiens.
      En novembre 2016, le couple apprenait par courriel que la demande de résidence de Mme Bachvarova était acceptée. Toutefois, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada avait expédié le dossier à la mauvaise adresse, à Boston. Résultat : il fallait reprendre les démarches à zéro, y compris un nouvel examen médical de plus de 500 $.
      « Ça démontre qu'ils n’ont aucun intérêt, aucun intérêt à nous expliquer pourquoi un processus va d'une certaine façon ou d'une autre. D'après moi, ce n'est pas acceptable », affirme Samuel Saintonge.
      « C'était très stressant, confie Aleksandra Bachvarova. Je n'étais pas certaine de mon avenir au Canada. »
      À lire aussi :
      Immigration : une famille victime d'une série d'erreurs Erreur postale d'Immigration Canada : une famille frôle l'expulsion Une erreur d'Immigration Canada bouleverse la vie d'une ressortissante tchèque « La raison pourquoi on veut que les gens viennent au Canada, bien, c'est nous autres, disons, si on veut utiliser l'analogie qu'on est les clients. Alors, est-ce qu’il y a vraiment un service à la clientèle? De ce côté-là, il faudrait que je leur donne un F », ajoute M. Saintonge.
      Les explications des autorités fédérales
      Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada explique avoir envoyé les documents à l'adresse postale indiquée dans le dossier de Mme Bachvarova, c'est-à-dire aux États-Unis. Le ministère rappelle que les demandeurs sont responsables de l'informer de tout changement d'adresse. Il précise qu'un autre examen médical était nécessaire, car les résultats de l'examen précédent n'étaient plus valides.

      suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1024441/erreur-immigration-un-an-stress-famille-nouveau-brunswick
    • Par walid1985
      Bonjours a tous,
       
      Lors du remplissage de la DI au NB nous avons fait une erreur.
      Nous avons reçu une demande a soumettre notre dossier.
      J'ai coché par erreur Entente en matière d’emploi réservé suit a une mauvaise compréhension de la partie alors que je n'est pas d'emploi réservé.
       
      Que dois-je faire? A qui je dois écrire pour expliquer cette erreur?
       
      Merci d'avance pour vos réponse et votre aide.
       
      Walid
    • Par Laurent
      Alors que le Nouveau-Brunswick tente d'attirer davantage d'immigrants, la reconnaissance d'une formation obtenue dans un autre pays reste un défi de taille pour ceux qui choisissent de s'installer dans la province.   Le rêve d'une nouvelle vie au Canada avec son épouse acadienne s'est transformé en cauchemar pour Bachir Adjami. Cet immigrant algérien s'est installé à Four Roads, dans la Péninsule acadienne, il y a deux ans et demi.
      L'homme de 50 ans ne trouve pas d'emploi, même s'il a travaillé comme infirmier pendant plus de 20 ans à Constantine, en Algérie.
      On en parle beaucoup, de l'immigration. On a de belles stratégies sur papier, mais concrètement, c'est une autre histoire.— Bonita Roussel, épouse de Bachir Adjimi
      Bachir Adjami a été infirmier pendant plus de 20 ans en Algérie. Il a déménagé dans la Péninsule acadienne pour être près de son épouse, Bonita Roussel, mais il n'arrive pas à trouver du travail. Photo : Michel Nogue Au moment de son arrivée au Canada en 2013, Bachir Adjami entreprend des démarches pour faire reconnaître ses qualifications professionnelles, mais les autorités refusent de lui permettre de pratiquer son métier ici, au Canada.
      « Il y a un papier qui manque par ici, un papier qui manque par là. Ce n'est pas si facile que ça. Il fallait téléphoner chez moi. Et des fois, ce n'est pas si facile de les avoir », explique-t-il.
      « Quand un immigrant arrive au Canada, ce n'est pas vrai que tout est clair, puis qu'on a un endroit où aller. On a plusieurs options, puis on dirait que chacune d'entre elles ne se concerte pas. On est envoyé à gauche, à droite. Il y a beaucoup de travail à faire », ajoute son épouse, Bonita Roussel.
      « J'étais loin de penser qu'on allait s'embarquer dans un tel labyrinthe », précise-t-elle.
      Reconnaître la formation Le couple estime qu'il est essentiel de faciliter la reconnaissance des qualifications professionnelles des immigrants.
      « Une grande partie des immigrants qui viennent ici souvent sont la crème de la crème dans leur pays. Ce sont des gens qui sont éduqués, qui ont des doctorats, qui veulent venir ici avec une expérience de travail, et on leur dit non, ça ne cadre pas avec nos règlements, avec nos critères », dit Bonita Roussel.
      Bachir Adjami croit que le Nouveau-Brunswick doit se doter d'une meilleure stratégie sur le terrain. Il a remis son curriculum vitae à 30 employeurs, mais n'arrive pas à trouver du travail, même comme préposé aux soins.
      « Jamais je ne pensais que ce serait un cauchemar de même », affirme Bachir Adjami.
       
      D'après un reportage de Michel Nogue
    • Par immigrante77
      Bonjour,
       
      Lectrice du forum depuis un moment déjà, je me lance avec mon premier sujet pour demander vos avis par rapport à une situation très délicate.
       
      J'ai obtenu ma CRP depuis quelques mois déjà à travers le programme du NB et j'ai déjà pris mon billet pour aller m'y installer le mois prochain. Le souci (ou la chance me diront certains) c'est qu'entre temps ma boîte vient de me proposer un poste sur Montréal.
       
      Je ne sais vraiment pas comment je dois procéder et surtout s'il ya des risques si je devais valider ma RP et m'installer dans la foulée au Québec. 
       
      J'ai lu plusieurs informations contradictoires à ce sujet, je me suis donc résignée à le poster ici pour avoir des avis concrets. Est-il vrai qu'une fois la carte santé obtenue on peut changer de province comme on veut ? Ou doit-on attendre d'avoir les cartes RP en poche pour pouvoir bouger ? Est-il vrai que l'on peut perdre son statut si on agit de la sorte ? 
       
      Désolée pour mon long requisitoire mais je suis vraiment stressée par cette situation 
    • Par Faxman
      Bonjour à tous,
      Nous avons décider mon épouse, ma fille et moi d'immigrer au NB. Depuis plusieurs semaines nous faisons nos recherches et j'ai décidé sur les conseils d'amis de venir à Moncton faire mon voyage exploratoire. Je pense arriver d'ici une quinzaine. Nous avons 45 ans l'un et l'autre et une fille de 12 ANS.
      Pour accélérer le processus, je pense chercher un travail et louer un petit appartement. Si vous avez des suggestions, des remarques, des conseils, des adresses, je serais très preneur.
      Concernant ma formation j'ai été commercial, directeur des grands comptes pour un laboratoire de cosmétique puis DG et fondateur d'une société (filiale) d'un labo italien. Je suis actuellement en pleine reconversion professionnelle,j'ai passé un CAP de boulanger. Mon épouse est comptable de formation et actuellement Operational Risk Manager dans une grande compagnie d'assurance.

      Dans l'attente de lire vos commentaires, il pleut à paris
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.