Aller au contenu
immigrer.com

Les jeunes actifs français très enclins à travailler à l'étranger

Messages recommandés

Les jeunes actifs français très enclins à travailler à l'étranger Le Monde.fr | 07.10.2014 à 20h54 • Mis à jour le 07.10.2014 à 20h54

4502031_3_e7ea_les-jeunes-francais-entre

Les jeunes actifs sont-ils plus enclins que la moyenne à envisager de travailler à l'étranger ? Tout dépend de leur nationalité, selon une étude du Boston Consulting Group auprès de 200 000 actifs du monde entier, pour la plupart déjà salariés et en recherche d'emploi, publiée lundi 6 octobre.

La France se distingue, avec 94 % des sondés de tous âges se disant prêts à partir, au moins de façon temporaire. Ils sont encore plus nombreux parmi les 21-30 ans. La proportion est identique parmi les sondés néerlandais, et proche de celle observée dans divers pays du Golfe, ou encore au Pakistan et en Tunisie.

Méthodologie

L'étude du Boston Consulting Group a été effectuée par mail en mai et juin, via des sites d'emploi du réseau The Network, spécialisé dans le recrutement à l'international. Plus de 200 000 personnes y ont répondu, issues de 189 pays, dont 59 % en recherche active d'emploi et 37 % se déclarant « ouvertes à des opportunités ». La majorité des répondants ont un niveau d'études au moins égal à un Bachelor's Degree (bac +2 ou +3).

Parmi les pays envisagés par les Français, les Etats-Unis arrivent premiers, suivis du Canada (59 %, la pratique du français pesant certainement dans cette attractivité), du Royaume-Uni (53 %), de l'Australie et de l'Allemagne.

A lire également : L'expatriation : rêve de jeunes diplômés

Au Canada, en Suisse ou en Suède, plus de 70 % des 21-30 ans sont attirés par l'expatriation. Au Royaume-Uni, où la moyenne des actifs prêts à s'installer à l'étranger s'établit à 44 %, les jeunes s'avèrent tout de même plus aventuriers, avec plus de 60 % de candidats au départ, tout comme les Italiens et les Espagnols.

Aux Etats-Unis en revanche, où seulement un tiers de l'ensemble des sondés se déclarent partants, les jeunes se distinguent, en se projetant à 59 % dans une vie profesionnelle hors de leurs frontières, « peut-être en raison des difficultés à commencer sa carrière en raison de la crise économique », suggèrent les auteurs de l'étude.

source : http://campus.lemonde.fr/campus/article/2014/10/07/les-jeunes-actifs-francais-tres-enclins-a-travailler-a-l-etranger_4501724_4401467.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Contenu similaire

    • Par immigrer.com
      04 septembre 2014, par Yves Frémion L’oeuvre tranquille du Québécois Michel Rabagliati inShare
      Pour la première fois, une bande dessinée québécoise va faire l'objet d'un film. Le tournage de Paul à Québec, de Michel Rabagliati, commence en effet ce mois-ci. François Létourneau y jouera le rôle de Paul et François Bouvier (Histoires d'hiver,Maman Last Call) sera derrière la caméra. Cette consécration vient confirmer Rabagliati au rang qui est le sien depuis déjà quelque temps : celui de leader d'une BD québécoise enfin exportable.

      Cet album avait été remarqué à Angoulême en 2010 peu après sa sortie où il reçut le Prix du public. Il est depuis disponible partout en France grâce à son éditeur, La Pastèque, qui distribue les albums de la Belle province dans l'Hexagone.

      Michel Rabagliati est né en 1961 et raconte sa vie en épisodes dispersés avec sa série Paul, créée en 1998, qui l'a sorti d'une carrière de graphiste où il s'empêtrait. Il travaille actuellement sur le septième volume de la saga, dont Paul à Québecest le sixième. Le tout premier - Paul à la campagne, originellement paru en 1999 - fait actuellement l'objet d'une réédition, augmentée, mise en couleurs et en grand format, toujours à La Pastèque.
      Rabagliati ne bouleverse ni l'histoire du dessin, ni celle de l'art graphique, ni celle du découpage, ni celle du scénario : il n'est pas un bon client pour les usurpateurs qui cherchent à tirer quelques auteurs de bande dessinée arbitrairement triés vers l'art plastique officiel. Il est ce qu'on appelle un bon (un très bon) artisan de la BD. Il construit des scénarios classiques mais solides, sa narration ne souffre d'aucune ellipse ratée comme 90 % des auteurs contemporains, son dessin est d'une grande lisibilité et ses histoires vous tiennent jusqu'au mot "fin". C'est donc un grand auteur qui, s'il ne fera pas mode, restera.
      Son œuvre est toute simple. Ses histoires aussi : famille, destins, enfance, moments de la vie, mort… Depuis 1998, son dessin s'est affermi et, franchement, la couleur ajoutée à cette réédition n'apporte pas grand-chose. Ses aplats grisés de différentes densités suffisaient largement à dynamiser un trait souple et souvent épais au début. Ce premier volume comprend en fait deux histoires, car Rabagliati avait du mal à tenir la distance au départ. Il y arrive aujourd'hui : Paul à Québec fait près de 200 pages.

      http://bandedessinee.blog.lemonde.fr/2014/09/04/loeuvre-tranquille-du-quebecois-michel-rabagliati/

    • Par Laurent
      HEC Montréal, repaire de Français ? Le Monde.fr | 28.08.2014 à 12h22 • Mis à jour le 28.08.2014

      Parmi les étudiants du MBA dispensé par HEC Montréal, près de 15 % à 20 % sont français, résidents québécois ou non. Un nombre qui ne surprend pas Michael Wybo, le directeur du programme. « Ils viennent ici car ils n’ont pas beaucoup d’opportunités de faire un MBA en France, estime-t-il. C’est un programme de haute qualité pour quelqu’un qui désire avoir une expérience en Amérique du Nord. » Il est vrai que le MBA, distingué par le classement biannuel du magazine américain Forbes, bénéficie d’une bonne réputation au Canada et au-delà.

      Ce sont ces raisons qui ont convaincu Pascal Conrath, 33 ans et diplômé en 2009, de tenter sa chance. Le jeune Français veut découvrir le Canada et s’immerger dans une autre culture. Avant de s’engager dans ce MBA à temps plein, il se renseigne sur sa réputation et sur la taille de la promotion.
      « Ce qui m’a plu ici c'est qu’on était 150 étudiants, explique-t-il. Parmi eux, 45 francophones, dont 10 Français. Ça élargit le spectre des connaissances, car en MBA, tout le monde a de l’expérience professionnelle. On apprend autant de ses camarades que de ses profs », ajoute celui qui est aujourd’hui ingénieur d’affaires dans l’informatique chez Bull. Enthousiaste, il recommande l’expérience à tous. Si lui a choisi de suivre les cours en anglais, qu’il maîtrisait suffisamment bien après avoir travaillé deux ans au Pays-Bas, Pascal Conrath précise que ce MBA est idéal pour ceux qui auraient des difficultés sur ce point. Il est possible de suivre le cursus en anglais, en français ou de suivre la partie obligatoire en français et les options en anglais. De plus, estime-t-il, « l’expatriation à Montréal est moins impressionnante que si c’était à Singapour par exemple. C’est parfait pour quelqu'un qui n'a jamais eu d'expérience à l'étranger. »
      Outre le contenu du MBA et la possibilité de suivre les enseignements en français, son autre avantage, selon Michael Wybo, est son coût relativement modique pour les Français. « En vertu d’un accord gouvernemental, explique-t-il, le cursus est facturé 8 000 dollars canadiens [soit 5 400 euros environ]. En comparaison, un Canadien de l'Ontario payera 33 000 dollars ! » Pascal Conrath le reconnaît, cela a pesé dans sa décision d’intégrer ce MBA.
      Pour Pascal Conrath, ce MBA a porté ses fruits. « J’ai pris confiance en moi, assure-t-il, car j’ai été bien accompagné. Grâce à mon MBA, j’ai pu avancer dans ma carrière plus rapidement. » Le jeune homme aurait aimé poursuivre sa parenthèse québécoise. La crise en a décidé autrement : il n’a pas réussi à trouver de travail à Montréal. En revanche, il a été embauché comme chef de projet en France après seulement trois mois de recherches.

      http://campus.lemonde.fr/campus/article/2014/08/28/hec-montreal-repaire-de-francais_4478383_4401467.html

      Faïza Zerouala
    • Par immigrer.com
      source : http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/06/03/le-quebec-vient-courtiser-les-diplomes-en-europe_3422800_1698637.html

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×